2 façons d’automatiser l’arrosage d’un potager en carrés

Les vacances sont proches, mais qui va arroser le potager pendant votre absence ?

Si vous n’avez personne pour venir donner régulièrement de l’eau à vos légumes, vous allez passer vos vacances à vous inquiéter de votre potager abandonné à lui-même.

Pourquoi ne pas installer un petit système automatique ? Cela vous donnera la liberté de partir quand vous voulez, sans stress, tout en sachant que vos légumes recevront l’eau dont ils ont besoin. Quel plaisir à votre retour de trouver un potager aux récoltes abondantes !

Je vais vous présenter non pas un mais deux systèmes simples à installer (en moins d’une heure) et pour un budget très raisonnable.

J’ai installé ces systèmes dans mes 2 carrés de potager (qui font chacun 1m20 par 1m80) et j’en suis très content.

Comment ça fonctionne ?


Le programmateur et le réducteur de pression
Le programmateur et le réducteur de pression


Un tuyau d’arrosage classique (que vous possédez déjà je pense) amène l’eau près des carrés de potager.

Au départ du tuyau, on intercale, juste sous le robinet, un programmateur et un réducteur de pression.

Le programmateur va déclencher l’arrosage pendant votre absence. Par exemple, si vous vous absentez 2 semaines en août, vous pourrez choisir d’arroser tous les 3 jours pendant 1/2 heure la nuit.

Le réducteur de pression est nécessaire pour passer de 2 ou 3 bars à environ 1,5 bar. En effet, les raccords de ces systèmes d’irrigation ne sont pas conçus pour résister à des pressions importantes car cela provoquerait des fuites.

A l’autre extrémité du tuyau, je vous conseille de mettre en guise de bouchon un raccord rapide de type "aqua stop" (Gardena, Hozelock et plein d’autres marques). Il contient une soupape qui bloque l’eau lorsqu’aucun accessoire n’est branché au bout du tuyau.

Je vous propose maintenant de voir 2 accessoires différents pour arroser les potagers en carrés.

1. Une tuyère escamotable


Le jet arrose un diamètre de 1m20
Le jet arrose un diamètre de 1m20


J’ai trouvé un petit modèle de tuyère qui reprend le principe de l’arrosage des pelouses. Mais au lieu de projeter un jet d’eau circulaire sur plusieurs mètres, celle-ci couvre un diamètre de 1m20. Juste ce qu’il faut pour le potager en carrés !

Une tuyère faite pour les potagers en carrés
Une tuyère faite pour les potagers en carrés


Cette tuyère se raccorde par un petit tuyau de 6 mm de diamètre qui va se piquer sur le tuyau principal. Quand l’arrosage se déclenche, la tuyère se soulève d’une dizaine de cm grâce à la pression de l’eau et les jets sont envoyés à 30 cm de haut avant de retomber sur les légumes.

Le tuyau de 6mm et sa jonction à piquer dans le tuyau jaune
Le tuyau de 6mm et sa jonction à piquer dans le tuyau jaune


Avantage de ce système :
c’est le plus rapide à installer dans un potager en carrés déjà occupé par des légumes.

Inconvénients : l’arrosage se faisant par aspersion, cela ne convient pas aux les légumes sensibles aux maladies des feuilles (dues à des champignons) comme les haricots ou les tomates. Et comme les jets ne sont pas très hauts, il ne faut pas avoir de grands légumes qui feraient écran. Par contre c’est idéal pour arroser les salades et autres petites verdures.

2. Un tuyau poreux


Le tuyau poreux serpente parmi les cases du potager
Le tuyau poreux serpente parmi les cases du potager


Pour éviter de faire soi-même les raccords, j’ai trouvé un modèle de tuyau poreux à raccord intégré d’un côté et avec un bouchon à l’autre bout. Avec une longueur de 15 m, il vous permettra d’irriguer deux ou trois carrés de potager.

Les raccords rapides sont pratiques
Les raccords rapides sont pratiques


Ce tuyau poreux se branche au raccord rapide du tuyau principal. Lorsque l’eau va arriver, elle suintera par tous les pores du tuyau poreux, ce qui donnera une irrigation régulière sur toute sa longueur.

Avantages de ce système : L’eau est apportée en goutte-à-goutte au ras du sol, à la base des légumes. Cet assemblage est donc très économe en eau. De plus, il convient à tous les légumes (au feuillage petit ou bien grand).

Inconvénients : Comme le tuyau poreux serpente entre les légumes, si on attend le dernier moment pour le mettre en place, on risque d’abîmer les légumes. Il vaut donc mieux l’installer au début des plantations (au mois de mai), avant que les légumes soient trop développés. Quitte à ne pas s’en servir avant l’été.

La programmation des arrosages

C’est une question que les lecteurs me posent souvent : il faut arroser tous les combien ? Il n’y a pas de réponse universelle mais juste quelques règles de bon sens à suivre.

Il vaut mieux arroser le matin si :

Il vaut mieux arroser le soir si :

  • votre potager est dans une région où il fait très vite chaud le matin.

Il faut arroser peu souvent mais abondamment si :

Il faut arroser fréquemment mais en petite quantité si :

  • la terre de votre potager est sableuse,
  • les légumes que vous cultivez ont en majorité des racines peu profondes (salades).

Pour vous donner un exemple, la terre de mon potager est plutôt argileuse et il est situé en région Toulousaine. Si je dois m’absenter en été, je programme un arrosage tous les 3 jours pendant 1 heure au milieu de la nuit.

Quel est le prix de cet équipement ?

Comme d’habitude sur le blog Potager Durable, j’essaie de privilégier les solutions les plus simples et les moins coûteuses. J’ai remarqué aussi que les prix sont généralement plus bas dans les grandes surfaces de bricolage (Castorama, Leroy Merlin, etc…) que dans les jardineries. Mais les jardineries ont souvent plus de choix…

Voici le budget approximatif pour le matériel que je vous ai montré dans cet article. J’ai essayé mettre des liens vers des boutiques en ligne pour que vous puissiez vous faire une idée, mais je vous recommande plutôt d’aller voir dans vos commerces de proximité.

Donc un total entre 50 € et 80 € selon la méthode choisie.

Avant le jour du départ

Faites plusieurs essais de programmation une semaine avant de partir en vacances pour mettre au point votre stratégie d’arrosage. Ce serait quand même dommage de retrouver un champ de boue ou des légumes morts de soif à votre retour.

Si vous avez des questions ou une expérience personnelle à apporter, on se retrouve dans les commentaires.

Tous les dimanches matin, recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n'est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine :

  • un article pratique où je vous apprends une nouvelle technique de culture que vous pourrez appliquer chez vous,
  • ou une vidéo qui vous montre ce qui pousse maintenant dans mon potager (y compris les ratages et les leçons à en tirer).

Vous aimerez peut-être lire ces articles :

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

Réponses

Les commentaires :
(les plus récents sont en premier)

  1. Valéria

    Article très intéressant ! Merci beaucoup !

  2. Catherine

    Merci pour ces informations bien utiles, car je fatigue un peu avec mes arrosoirs (ou le jet d'eau les jours de flemme) mais 1) comment faire quand on a des carrés potager assez hauts et nombreux (7), assez loin du robinet d'eau, comment distribuer l'eau de façon équitable entre mes bacs ?
    et 2) j'ai 4 récupérateurs de 350 litres à différents points du jardin et certains assez bas : je devrais renoncer à utiliser cette eau de récupération ? merci de vos suggestions

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Catherine,
      Dès que l'on veut automatiser les choses, il faut avoir un système pour relever l'eau. Ce peut être une pompe électrique ou bien la gravité, en surélevant les cuves.
      Cela permet d'avoir un peu de pression pour brancher un système de son choix : simples tuyaux pour créer des points d'eau avec des robinets, ou systèmes goutte-à-goutte plus complexes.

      Avatar de nicolas
  3. sylvie

    Bonjour, merci pour toutes ces précisions Nicolas. les tuyaux poreux c'est de l'argent gaspillé. Le petit "potagiste" est une manne pour les industriels qui fabriquent pour vendre et non pour l'efficacité. les tuyaux ne résistent ni à la chaleur ni au froid et même en les enlevant à l'automne, la saison suivante ils deviennent cassants, et complètement imperméables. l'eau ne s'en écoule plus. et gare si, sur les chemin de passage on marche dessus,ils se fendent sur la longueur  !!! à la place depuis 2 ans j'utilise ceux-ci. ils sont plats et recouverts d'un tissu qui perle l'eau des tuyaux microperforés situés à l'intérieur. https://www.pearl.be/article/NX3117/tuyau-darrosage-poreux-plat-avec-raccords-et-valve-darret-7-5-m Il y a plusieurs longueurs et chaque tuyaux se termine par un arrêt de l'eau, sauf si celui- ci est relié à un autre. Ce qui est bien pratique.
    Par contre j'ai deux questions.
    ne mets pas de paillage parce que lorsque j'ai essayé, tous mes plants repiqués ont purement disparu... en une nuit parfois. Le paillage avait crée une faim d'azote, et comme mon sol est pauvre, parce que lessivé et argile posé sur fond de moraine j'ai beaucoup de mal à le rendre"vivant". cette année j'ai enfin réussi à faire pousser des engrais vert qui couvrent toujours les sol autour des plants. je n'ai pas encore assez de recul pour savoir si c'est bien pour l'arrosage. il me semble que oui, mais quelqu'un aurait-il de l'expérience en ce domaine ?
    La 2ème question. j'ai lu que donner de l'eau trop "facilement" aux plantes, les faisait "s'endormir sur leurs lauriers". Elles ne ressentiraient plus l'urgence de se reproduire et du coup ne font plus de fleurs.. donc plus de fruit. Cette année c'est ce qui est arrivé en début de saison, après les premières fleurs de tomates, poivron, cucur, aubergine...PLUS de fleurs du tout... depuis quelques jours je réduis l'arrosage, et il me semble que certains plants recommencent à faire des fleurs.. Certains seulement. ce n'est pas la majorité.
    Est-ce un hasard ou est-ce que ce que j'ai lu est vrai ?
    Merci si vous avez des réponses.

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Sylvie,
      Tout à fait d'accord au sujet des tuyaux poreux, et merci pour le lien.

      Le paillage ne crée une faim d'azote que s'il est mélangé avec la terre (mais qui ferait cela ?).
      Le symptôme de la faim d'azote, c'est une décoloration des feuilles, qui deviennent pâles.
      Ce qui s'est passé pour vos plants, je penserais plutôt à des limaces. Quand on installe un paillage permanent, elles commencent par pulluler. Puis leurs prédateurs arrivent (comme les carabes) et s'installent aussi. L'équilibre se fait au bout de 2 à 3 ans.

      Pour vos plants de tomates, je mettrais plutôt en cause les fortes chaleurs. En effet au-dessus de 32 degrés, les plants de tomates ne peuvent plus se développer et ils se mettent en pause. Leurs fleurs sèchent et tombent. Ensuite ils peuvent mettre un certain temps (jusqu'à 1 semaine) pour repartir.

      Avatar de nicolas
      1. Sylvie

        Merci Nicolas pour les précisions. j'avais eu un autre échos sur la façon dont était "digéré" le paillage par la terre, même posé sagement au dessus. Et le conseil de ne mettre que très peu d'épaisseur de paillage au début et d'augmenter progressivement m'avait été donné. Cette faim d'azote s'expliquait par le fait que pour se décomposer, la paille a besoin de l'azote contenu dans la terre. c'est pour cela que j'ai opté pour les engrais verts... Mais franchement je ne sais plus ce qui est mieux du coup. Engrais vert ? Paillage, pour re-nourrir cette terre lessivée ? si je mets trop de fumier, il risque d'y avoir trop d'azote. si je mets de la cendre, ce n'est pas bon non plus. chiendent, liseron, chélidoine et ortie envahissent tout... mais pour les légumes, c'est une autre histoire et quand il y en a un ou deux qui réussissent à s'implanter, ce sont les rats taupiers et les limaces qui s'en chargent. Mais cette année j"ai réussi quelques plants de concombre et des haricots grimpants. C'est chouette, ça n'avait jamais fonctionné. Peut-être que mon terrain s'améliore peu à peu, je fais beaucoup de jus de consoude et j'arrose avec de temps en temps.
        En tout cas grand merci d'avoir pris le temps de répondre. Bonne journée Nicolas

        1. Mana 56

          Bonjour Sylvie, vous avez dans votre potager des plantes bio indicatrices (chiendents, orties, liserons...) elles sont la preuve que votre terre est riche en azote et aussi en matières organiques (fumier), rétablissez l'équilibre avec un apport de carbone comme du broyat, BRF, feuilles mortes, des matières brunes en générale. Le paillage avec de la vraie paille est très bien....Pour l'élevage des mulots aussi !

          1. nicolas (Toulouse)

            Merci Mana pour ces précisions.
            Sylvie, il faut savoir que le paillis ne provoque une faim d'azote uniquement dans le cas où il est mélangé en profondeur avec la terre au moment où on l'étale. En profondeur, donc dans un environnement sans oxygène.
            Dans les autres cas (donc en présence d'air), la décomposition se fait par les champignons principalement, ainsi que par d'autres types de bactéries : les azotobacters qui sont des bactéries capables d'utiliser l'azote de l'air.
            Donc vous voyez, il faut vraiment le vouloir pour avoir une faim d'azote dans un potager !
            Pour preuve que le paillis (même très carboné) fonctionne, je connais des jardiniers qui cultivent des salades magnifiques sur une bonne couche de broyat, et ça marche ! Il ne se produit aucune faim d'azote.

            Les engrais verts sont une bonne chose lorsqu'on n'utilise pas les parcelles en hiver.
            Je vous invite à regarder ma vidéo "Paillis ou engrais vert : je fais les deux en même temps :
            https://potagerdurable.com/en-hiver-paillis-ou-engrais-vert-je-mets-les-deux-ensemble/

            Avatar de nicolas
          2. sylvie

            Merci MANA Ok pour les matières carbonées alors !!! En général j'en mets sur les passages de bonnes couches que je laisse décomposer et que je remets au printemps sur les espaces, ce qui finit par faire de petites buttes. mais depuis deux ans, plus de broyeur. Je vais voir du coup comment en récupérer. Merci pour l'info. oh oui les mulots se roulent dedans les pattes en éventail !!!

          3. Sylvie.

            À Nicolas. Merci pour les re-précisions. J'ai regardé la vidéo, car je pensais souvent faire les deux mais que je ne savais pas comment m'y prendre ! En hiver j'ai les choux, les légumes racines d'hiver et de printemps (enfin j'essaie ) et ça me posait problème. Super cela a répondu à mes questions.. pour le mois de juillet semer le sarrazin, pas facile, bien que j'en ai à semer aussi, Je vais le faire sur des parcelles mises en jachère cette année, sinon c'est trop plein de plants.
            Pour info j'ai semé du pois fourrager cette année et c'est vraiment top.. je ne suis jamais arrivée à manger des petits pois ici car les écarts de T° sont trop excessifs. très maigre récolte d'une poignée et encore, et grâce aux pois fourragers, je me suis régalée et avec de quoi récolter pour resemer.., c'est excellent. par contre, la féverolle, j'en ai semé beaucoup, et pas vu l'ombre d'une seule, je suis déçue. En tout cas merci pour tous ces renseignements je vais garder le lien de cette vidéo dans mes onglets favoris. Aurais tu une info pour un broyeur ?C'est le 3ème que j'achète en 5 ans et ils ne tiennent pas le coup. MERCI Nicolas et bon Week-end.

            1. nicolas (Toulouse)

              Bonjour Sylvie,
              Chez moi ce fut le contraire : maigre et tardive récolte de pois fourragers mais belles féveroles. Comme quoi chaque potager a son terroir.
              J'ai le même petit broyeur depuis 20 ans et il permet de broyer des branches jusqu'à la grosseur du pouce. Je dois juste changer la lame tous les 3 ans. Il s'agit du Bosch AXT Rapid 2200.

              Avatar de nicolas
          4. Sylvie

            Ok Nicolas, oui certes, les terrains ont leur caractères !!!
            Et merci pour l'info du broyeur.
            Bonne semaine

  4. Mamilu

    Bonjour. J ai installé un tuyau microporeux dans mes deux petits carrés à la montagne , car j en serai absente plusieurs semaines. Ils sont reliés à mon récupérateur d eau de pluie avec un programmateur qui n a pas de contrainte de pression. Et, d après les voisins, ça marche !
    Je verrai si les tuyaux tiennent un peu plus longtemps que les vôtres, Nicolas...

Recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n'est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine un article ou une vidéo que vous recevrez le dimanche matin.

Bonjour, je m’appelle Nicolas

Si vous voulez en savoir plus sur mon potager, cliquez ici pour lire mon histoire…