Mon retour sur les oyas et pourquoi je les ai déterrées

124 comments on Mon retour sur les oyas et pourquoi je les ai déterrées

Dans cette courte vidéo, je donne mon retour d’expérience après avoir utilisé les oyas durant un été.

https://youtu.be/5m7QB1rAwj0

Ma conclusion, c’est que les oyas sont surtout adaptées pour les plantes capables de faire de longues racines horizontales, comme les tomates, les aubergines, les poivrons, les concombres et les courgettes.

Les légumes ayant un système racinaire à moyen développement, comme les haricots nains (plantés à 30 cm du bord de l’oya), s’en sont plutôt bien sortis. Les poireaux plantés en rond à 10 cm autour d’une oya ont correctement poussé eux aussi.

Pour les laitues, c’est plus délicat. Les plants plantés fin mai autour des oyas sont malheureusement monté à graine très rapidement. À part un arrosage le jour de la plantation, je ne les avais plus arrosés ensuite, pensant qu’ils se débrouilleraient avec l’humidité générée par l’oya, mais ça n’a pas été suffisant. J’aurais dû les accompagner un peu plus longtemps en leur apportant de l’eau le temps qu’ils s’établissent.

Pour le côté réserve d’eau “longue durée”, les oyas sont loin d’être idéales puisque j’ai remarqué qu’elles ne tiennent pas plus de 5 jours lors d’une semaine bien ensoleillée début août. Et dès qu’elles sont à moitié vides, elles sont déjà beaucoup moins efficaces pour humidifier la terre autour d’elles. Si on veut les utiliser au mieux, c’est donc tous les jours qu’il faut compléter le niveau jusqu’à ras-bord.

Pourquoi j’ai déterré mes oyas

On voit un réseau très dense de fines racines blanches : ce sont les poireaux qui sont allé chercher l’humidité en venant se “coller” contre la paroi du pot.
Vous vous demandez peut-être ce que j’ai fait des 30 poireaux ? Eh bien je les ai mis en jauge. J’ai creusé un trou à un autre endroit du potager et j’ai enterré la partie blanche de la botte de poireau puis j’ai arrosé. Les poireaux ne vont plus grossir mais ils pourront se garder plusieurs mois de cette façon.

Mi-septembre j’ai déterré les 3 oyas, parce que je vais mettre en place les cultures d’automne et d’hiver dans cette plate-bande, qui est l’un des rares endroits de mon jardin à bien recevoir le soleil en hiver.

Ces cultures sont principalement des salades de toutes sortes (laitues, romaines, scaroles, chicorées italiennes…) ainsi que quelques choux-raves à développement rapide, sans oublier quelques betteraves et une blette.

Toutes ces plantes ne font pas de longues racines et ne bénéficieraient de toutes façons pas de l’eau des oyas.

En plus, les oyas prennent de la place (surtout celle bricolée avec un pot de fleur) et la surface de cette plate-bande n’est déjà pas bien grande.

Pour finir, il faut savoir que j’ai vu des jardiniers dont les oyas avaient été fendues par le gel pendant l’hiver. Cela dépend du climat de son jardin : si les oyas sont relativement résistantes en cas de froid sec, elles éclatent plus facilement en région humide.

Est-ce que je remettrai les oyas l’année prochaine ? Oui certainement, mais peut-être pas dans cette plate-bande. En effet j’ai une autre plate-bande à l’endroit le plus ensoleillé de mon jardin, c’est là que je fais pousser les courgettes chaque année, et comme c’est une plante qui demande énormément d’eau, je pense que les oyas leurs seront bien utiles.

Mise-à-jour après avoir lu vos premiers commentaires

J’ai semblé être un peu trop exigeant pour certains d’entre-vous quand j’ai dit qu’il fallait compléter le remplissage tous les jours. C’est l’idéal bien sûr mais si on ne remplit que tous les 2 ou 3 jours, ça va très bien aussi comme j’ai pu m’en rendre compte.

J’ai oublié de mentionner le plus gros avantage des oyas : c’est l’économie d’eau !!! En effet, ce système permet aux racines des légumes d’aller chercher elles-mêmes l’eau dont elles ont besoin. Donc rien ne se perd comme avec un goutte-à-goutte ou un arrosage par aspersion de la terre.

Et de votre côté ?

Si vous avez des questions sur les oyas, c’est le moment de les poser !

Sinon avez-vous été séduit(e) par les oyas ? Ou pas ? En avez-vous chez vous ? Avez-vous envie d’en mettre l’année prochaine ?

On se retrouve dans les commentaires pour en bavarder !

Tous les dimanches matin, recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n’est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine :

  • un article pratique où je vous apprends une nouvelle technique de culture que vous pourrez appliquer chez vous,
  • ou une vidéo qui vous montre ce qui pousse maintenant dans mon potager (y compris les ratages et les leçons à en tirer).
lm Général

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

Réponses

Les commentaires :
(les plus récents sont en premier)

  1. Frédo de St-Clem (Monts du Lyonnais)

    Bonjour,
    Je partage globalement votre point de vue sur les oyas. Je les ai mises sous serre dans mes carrés potagers pour tomates, courgettes, etc.
    Je les laisse en place toute l’année à raison de 10 litres pour 1,2M2. Ainsi, l’hiver la terre de mes carrés ne se réduit pas en poussière.
    J’ai expérimenté les oyas en guirlandes (c’est à dire reliées entre elles), ce qui rend beaucoup plus rapide la corvée d’arrosage. Mais ces oyas en guirlandes ne font que 5 litres. Dommage.
    Sinon, je complète ce système d’arrosage par des bouteilles car par grandes chaleurs, comme vous l’avez souligné, ça peut s’avérer insuffisant selon le taux de remplissage de l’oyas et la nature des végétaux.
    Bien cordialement.

    1. nicolas (Toulouse)

      Merci Fredo pour ce retour d’expérience.

      Avatar de nicolas
  2. gerard (ain)

    je n’utilise pas les oyas (j’en ai 6) au jardin potager. Je les réserve pour les plates-bandes de fleurs où elles sont très utiles.
    Au jardin potager leur utilisation genere un certaine inattention à l’arrosage ce qui n’est pas bon.

  3. olivier (78)

    Bonjour,
    je vous partage mon retour d’expérience:
    J’ai un sol sablo limoneux donc mon principal probléme est la rétention en eau.
    Cette année j’ai testé
    -un petit oya du commerce d’environ 2 litres avec des tomates autour.
    -trois oya de fabrication maison avec des pots renversé imbriqué l’un dans l’autre et jointé et bouché au fond avec de la colle à carrelage capacité environ 6 litres et enterré quasiment jusqu’au sommet avec une coupelle pour boucher :
    1 avait des tomates autour un autre tomate poivrons et patates douce et le dernier concombres courgettes tomates
    observations: l’oya du commerce mettais environ 4 à 5 jours pour se vider
    Les trois maison en un jours moitié vidé par forte chaleur et deux par temps normal.
    Fin septembre je les ai déterré et j’ai constaté jusqu’à la moitié un moulage de chevelu racinaire d’environ un demi centimètre d’épaisseur autour du pot.
    J’avais aussi deux planches sans oya avec les mêmes végétaux, constatation moins de production et beaucoup plus de stress hydrique pour les plantes avec des blocages de croissance par fortes chaleur (feuilles au “garde à vous” vers 18h00).
    Donc l’année prochaine je pense généraliser les oyas et cet hiver un amendement de bentonite pour améliorer la rétention en eau de mon sol.

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Olivier,
      Merci pour ce retour d’expérience.
      Pour moi ce n’est pas normal que les oyas faits maison se vident déjà en 2 jours.
      Normalement la terre cuite industrielle est moins poreuse que les oyas artisanaux. Les oyas maisons devraient donc se vider moins vite.
      Je me demande si les joints sont bien étanches à 100% ?
      Au moment de fabriquer mon oya maison, j’avais d’abord utilisé de la colle à carrelage, puis je me suis aperçu qu’elle n’était pas étanche car elle se vidait trop vite. J’ai alors refait le montage avec du joint silicone (qualité pour contact alimentaire) et depuis cette oya tient bien plus longtemps.

      Avatar de nicolas
  4. Cécile (31)

    Bonjour Nicolas,
    J’ai utilisé un oya maison (gros pot de fleurs en terre) pour mes courgettes et en ai été satisfaite. En effet la comparaison avec les courgettes qui n’en avaient pas a été visible. Mais oui il faut remplir tous les 3 jours. et en cas de canicule c’est insuffisant. :-)

  5. Muriel (Valence d'Agen (82))

    Bonjour,
    Très intéressant votre retour sur les oyas. Mais je me demandais : et pour les arbres ? Est-ce valable à votre avis, ou avez-vous essayé ? Merci.

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Muriel,
      Je ne suis pas expert en arbres et je n’ai pas essayé.
      Ce que je sais, c’est que les petites racines ou radicelles des arbres qui servent à capter l’eau se trouvent en périphérie, à l’aplomb de la couronne.
      Alors est-ce que l’arbre profiterait de l’eau des oyas placés en cercle à ces endroits, c’est tout à fait possible mais il faudrait faire l’essai pour en être sûr.

      Avatar de nicolas
      1. Muriel (Valence d'Agen (82))

        Merci Nicolas pour votre réponse.

  6. Yves (Fribourg, Suisse, 790m d'altitude)

    Merci, Nicolas, pour cette réflexion sur les oyas. J’ai testé, ainsi que mon frère en Valais (Suisse, à 570m d’altitude) et moi, à 790m, dans une région de collines, avec des pluies assez régulières, des oyas “maison”, créés avec des simples pots de fleur de 27cm de diamètre (env. 4-5l , je crois) dont j’ai bouché le trou, au fond, avec un déchet de carrelage collé. Ils m’ont coûté env. 3€ pièce et un peu de colle. De ce côté, très bien ! Il faut les remplir tous les 3-4 jours environ et je m’arrange avec un ami voisin quand je suis absent plus longtemps. Je fais de même quand il est absent. Et on boit une bouteille pour discuter de nos arrosages respectifs :).
    Comme j’ai une source pour le jardin, je n’ai pas de problème de limite d’eau. Mais c’est tout de même une économie d’eau et … de temps surtout ! Quelques arrosoirs et mes oyas sont remplis. Je vais poursuivre sur cette lancée l’an prochain … même si, en effet, ça prend un peu de place dans le jardin.

  7. Sylvie (27)

    Les oyas, très bien, maïs c’est tout de même très chers, même en allant chez le fabricant. A part palier en cas d’absence, ce n’est pas rentable…

    1. Céline (Auvergne)

      C’est très rentable si on les fait maison (environ 5€ la pièce) 😉

  8. Marie-Anne (Gard)

    J’ai été déçue par une oya de 3l installée dans un petit carré de 1m2 (dans le Gard). Elle se vidait très vite, les fraises et les salades souffraient énormément, les haricots nains un peu moins mais j’ai tout de même dû rétablir un goutte-à-goutte en périphérie, plus un goutteur pour réalimenter l’oya. Ce ne sont pas des plantes à racines profondes mais j’ai un carré de tomate sur lequel je n’ai pas posé d’irrigation et que j’arrose (copieusement) à la main tous les 5 ou 7 jours selon la température qui fonctionne bien. Quel est l’interêt de l’oya s’il faut la remplir tous les jours ?

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Anne-Marie,
      L’intéret de l’oya est que cela utilise moins d’eau qu’un arrosage goutte-à-goutte.
      Je pense qu’une oya de 3l c’est trop petit pour 1m2, il faudrait au moins 5l.

      Avatar de nicolas

Recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n’est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine un article ou une vidéo que vous recevrez le dimanche matin.

lm Général


Bonjour, je m’appelle Nicolas

Ma photo timbre carrée

Si vous voulez en savoir plus sur mon potager, cliquez ici pour lire mon histoire…