Organisez votre petit potager pour obtenir des récoltes régulières

Le guide pratique du potager qui arrive à supporter la sécheresse et la canicule

Toutes les techniques pour économiser l’eau

Je ne vais pas vous saper le moral en vous parlant des tendances climatiques pour les années à venir, vous savez déjà ce qui nous attend : en plus du réchauffement graduel des températures, ce sont chaque année des aléas de la météo que doivent subir nos potagers : dômes de chaleur et canicules à répétition comme en 2022, absence presque totale de pluies en mai-juin sur la moitié nord de la France comme en 2023…

Auquels s’ajoutent souvent des restrictions d’eau préfectorales, quand ce n’est pas une interdiction totale d’arroser les potagers si le niveau d’alerte sécheresse passe en mode renforcé.

Certains jardiniers m’ont écrit l’année dernière pour me dire qu’ils se sentent tellement impuissants devant tous ces problèmes qu’ils préfèrent jeter l’éponge et renoncer à faire pousser des légumes en été !

Pourtant c’est à cette saison qu’ont lieu les meilleures récoltes : tomates, courgettes, herbes aromatiques et tous les autres légumes “à ratatouille”…

Alors je me suis assis et j’ai réfléchi

Car moi aussi, j’ai eu des fleurs de tomates qui séchaient sans donner de fruit, et le peu de tomates qui se formaient sont restées vertes pendant des semaines sans mûrir. Quand elles finissaient enfin par rougir, ce sont les punaises qui se jetaient dessus.

Moi aussi je n’ai pas d’autre possibilité que d’arroser avec l’eau du robinet, qui devient de plus en plus chère.

Moi aussi, j’ai une terre caillouteuse et un sol peu profond, qui ne retient pas beaucoup l’eau.

Le souci, c’est qu’on avait pris l’habitude d’avoir de l’eau presque “à volonté”, et de l’utiliser à tout va. Maintenant qu’elle devient rare, on se retrouve complètement démuni et ce sont les plantes du jardin et surtout les légumes du potager qui en pâtissent en premier.

Et même si l’on pouvait arroser copieusement, il reste à affronter la canicule et la sécheresse, avec tous leurs effets négatifs : dégâts par brûlures, montées en graine prématurées, défauts de pollinisation, pression accrue de certains insectes parasites…

Je me suis donc posé un certain nombre de questions : quelles sont les solutions que l’on pourrait trouver pour répondre à ces différents problèmes ?

  • Existe-t-il des sources d’eau gratuites que l’on pourrait récupérer ?
  • Que pourrait-on modifier dans notre manière de cultiver pour avoir moins besoin d’arroser ?
  • Y a-t-il des aménagements simples du potager qui permettraient de protéger les cultures ?
  • Des variétés de légumes plus sobres en eau sont-elles disponibles ?
  • Un potager “zéro arrosage” est-il possible ?

Les réponses existent et certaines ne sont pas nouvelles. Mais j’en ai aussi trouvé d’autres qui sont totalement innovantes.

J’ai donc organisé tout cela dans un système cohérent, adapté au monde d’aujourd’hui

L’objectif, c’est bien de faire des économies d’eau et d’arriver à faire pousser de beaux légumes malgré les fortes chaleurs de l’été.

La clef pour minimiser la consommation d’eau, c’est qu’elle soit apportée aux plantes juste selon leurs besoins, au bon moment et avec le moins d’évaporation possible.

Pour cela, je vous expliquerai tout l’art de capter l’eau, de la stocker et de la distribuer.

Il faut savoir que réduire sa consommation d’eau, ce n’est pas se priver. C’est simplement réapprendre à utiliser l’eau correctement, de manière à éviter les gaspillages trop fréquents.

Pour cela, on va combiner des techniques millénaires de culture dans les régions arides avec les nouvelles technologies.

Pourquoi ce guide n’est pas comme les autres ? Derrière chaque chapitre, ce n’est pas une description générique comme on pourrait la trouver dans un magazine de jardinage, mais des conseils très concrets, venant de ma pratique personnelle.

Et surtout, j’explique à chaque fois le “pourquoi” des choses. Par exemple je ne vais pas juste dire que ce n’est pas idéal d’arroser le soir en été (contrairement à ce que l’on croit), mais je vais donner la justification précise.

Qu’allez-vous découvrir dans ce guide pratique ?

Ce guide est composé de 3 parties :

Partie 1 : L’eau, les plantes et le sol

  • Je vous expliquerai de manière très simple comment fonctionne une plante et quels sont ses besoins en eau.
  • Puis nous nous intéresserons aux pluies qui tombent et comment l’eau va être mise en réserve dans le sol.
  • Nous en finirons avec l’éternelle question de savoir quelle quantité arroser et tous les combien.

À la fin de cette partie, vous connaîtrez précisément les besoins en eau des plantes potagères, vous aurez évalué la réserve en eau de votre sol et vous aurez fait votre bilan “eau”, en tenant compte du climat de votre localité. Vous saurez donc combien de temps votre potager peut “tenir” sans apports d’eau, ainsi que la fréquence et la quantité idéale d’arrosage.

Partie 2 : Solutions pour recueillir, stocker et diffuser l’eau

  • Nous allons voir dans quels cas il est pertinent de récupérer et de stocker les eaux de pluies ainsi que certaines eaux domestiques.
  • Je vous présenterai un comparatif des différents systèmes d’irrigation, pour diffuser l’eau le plus efficacement possible aux légumes. 
  • Vous découvrirez différentes modifications que l’on peut apporter dans l’agencement du potager pour lutter contre la sécheresse.

À la fin de cette partie, vous saurez si une cuve de récupération d’eau de pluie est utile dans votre situation, vous apprendrez comment avoir tous les jours de l’été une certaine quantité d’eau gratuite, vous connaîtrez le meilleur système d’arrosage pour votre cas, et vous aurez aménagé votre potager pour que les légumes supportent mieux la chaleur et la sécheresse.

Partie 3 : Bonnes pratiques pour avoir des cultures qui résistent mieux à la chaleur de l’été

  • Nous commencerons par un peu d’organisation : comment adapter les dates de semis et de plantation, choisir des semences spécifiques, associer les cultures.
  • Puis nous ferons un zoom sur deux phases critiques en été : comment réussir ses semis et ses plantations quand il fait très chaud.
  • Je vous donnerai aussi un plan d’action pour réagir vite en cas d’urgence (canicule ou interdiction d’arroser).

À la fin de cette partie, vous saurez comment organiser vos cultures dès le printemps pour qu’elles traversent mieux l’été. Vous découvrirez comment réussir vos semis et plantations, même quand il fait très chaud. Vous saurez quoi faire en cas de canicule ou de restriction d’eau.

Les compléments offerts en prime

Ils se présentent sous la forme de fiches pratiques à consulter en ligne : 

  • Faites votre bilan “eau” en 8 étapes, en tenant compte de l’eau qui “rentre” (la pluviométrie de votre localité), de l’eau qui “reste” (la nature de votre sol) et de l’eau qui “sort” (les cultures et l’ensoleillement).
  • Un calculateur pour savoir si cela vaut le coup d’installer une cuve de stockage des eaux de pluie, et pour la dimensionner.
  • Un tuto pour fabriquer ses oyas maison de la façon la plus simple possible.
  • Une liste de bonnes adresses que j’utilise personnellement (sites météo agricole, matériel d’irrigation…).

De plus, vous bénéficiez d’un groupe d’entraide

Si vous avez besoin d’éclaircissements sur un point particulier du guide, si vous ne voyez pas comment appliquer une technique chez vous dans votre potager, bref si un problème vous bloque, on ne vous laisse pas seul(e) !

Vous avez à votre disposition un groupe d’entraide qui est réservé aux membres. J’y réponds personnellement à toutes vos questions sur le guide.

Sous quelle forme se présente le guide pratique ?

Le guide est disponible au choix sous forme numérique (textes et vidéos en ligne) ou bien sous la forme d’un livre papier.

Le guide numérique en ligne

Vous pouvez le consulter en ligne, à tout moment par internet, dans l’espace formation Potager Durable. C’est accessible et utilisable immédiatement.

Découpé en 3 grandes parties et 10 chapitres, ce guide multimédia se présente sous la forme de textes, d’illustrations et de vidéos que vous pouvez regarder sur votre ordinateur, tablette ou smartphone.

Vous avez des compléments qui sont fournis : diverses fiches à télécharger ainsi que des vidéos explicatives à regarder en ligne.

Immédiatement après votre commande, vous recevez par email un lien vers l’espace de consultation, un identifiant et un mot de passe, et vous pouvez commencer à parcourir le guide.

La consultation n’est pas limitée dans le temps, vous avez un accès “à vie” pour bénéficier de toutes les mises à jour et des nouveaux éléments qui seront ajoutés dans le futur.

Le groupe d’entraide est un espace privé dans lequel vous pouvez poser vos questions sur le guide. J’y suis présent tous les jours pour apporter des réponses ou animer la discussion.

Le livre papier

Son contenu est le même que celui du guide numérique.

Le livre fait 112 pages au format 18×26 cm, il offre un texte aéré et très lisible, agrémenté de photos en noir et blanc.

Et vous avez accès gratuitement aux mêmes compléments que ceux du guide numérique : les fiches à télécharger, les vidéos, le groupe d’entraide. Comment se passe l’accès ? Sur la première page du livre est imprimé un lien internet à recopier dans votre navigateur.

Le livre est imprimé en France par un imprimeur respectant la charte “imprim’vert” (encres non toxiques et gestion durable des forêts produisant du papier). Le colis est livré par La Poste dans votre boîte aux lettres.

Choisissez votre format

SUPPORTER LA SÉCHERESSE
Guide numérique
en ligne
Livre papier
Le guide pratique contenant 10 chapitres✔︎✔︎︎︎︎
La fiche pour faire son bilan “eau”✔︎✔︎
Le calculateur pour dimensionner sa cuve de récupération des eaux de pluie✔︎✔︎
Accès immédiat après le paiement✔︎
COMPLÉMENTS OFFERTS
Ma liste personnelle des bonnes adresses✔︎✔︎
L’accès au groupe d’entraide pour poser vos questions✔︎✔︎
Prix29 €29 € *
* Frais de livraison en sus 6,55€ pour la France ou 9.97€ pour la Belgique, variables pour les autres pays.
Paiement sécurisé par carte bancaire ou Paypal
Cliquer sur l’un des boutons jaunes pour commander Commander le guide numérique

Ma garantie “satisfait ou remboursé” avec le sourire

Si vous vous rendez compte que ce guide pratique ne vous convient pas dans les 30 jours après votre achat, je m’engage à vous rembourser intégralement sur simple demande par e-mail de votre part, à l’adresse

Comment se passe la commande :

Une fois que vous avez cliqué sur le bouton “Commander”, il va s’afficher une page où vous pourrez entrer vos coordonnées et choisir votre mode de règlement (carte bancaire ou Paypal).

Format numérique : après votre paiement, l’accès au guide vous est envoyé immédiatement par email.

Format papier : après votre règlement, un email de confirmation vous est envoyé aussitôt, et votre livre sera préparé et livré sous15 jours (l’accès aux compléments figure sur la 1ère page du livre).

Questions fréquentes

À quoi ressemble un guide numérique ?

Cette courte vidéo vous montre la consultation d’un guide numérique dans l’espace formation Potager Durable.

Pour quel type de potager ?

Les techniques enseignées dans ce guide sont valables pour tous les types de potager : potagers classiques au sol, potagers en carrés, potagers surélevés… et toutes les surfaces, du plus petit au plus grand.

Pour quel niveau de jardinage ?

Ce guide apporte des solutions qui peuvent être facilement appliquées par tous les jardiniers, du novice au plus expérimenté.

Pour quel type de jardinier-ère ?

Cette méthode de planification conviendra plutôt aux personnes qui aiment bien préparer les choses à l’avance. Si au contraire vous êtes plus attiré par l’improvisation pour vos cultures, ce guide n’est pas fait pour vous !

Pour quelles régions ?

Les indications sont valables pour toutes les régions de France et pour les pays limitrophes (Belgique, Suisse, autres pays européens).

Le guide “Supporter la sécheresse” est-il difficile à comprendre ?

Ce n’est pas une grosse formation lourde… mais ce n’est pas non plus un simple ebook  !
C’est plutôt un ensemble structuré de chapitres, illustrés de photos et de vidéos. C’est synthétique, sans bavardage inutile.
L’objectif, c’est de vous faire passer à l’action, pour vous permettre d’obtenir des résultats le plus facilement et le plus rapidement possible.

Combien de temps a-t-on accès au guide numérique ?

Il n’y a pas de limite dans le temps. Vous pouvez accéder aux pages du guide et aux outils quand vous le souhaitez et vous pouvez les consulter en ligne autant de fois que vous le voulez.

En quoi consiste la garantie satisfait ou remboursé ?

La garantie vous permet de découvrir l’intérieur du guide pendant 30 jours, sans prendre de risque. S’il ne vous convient pas ou si votre potager n’est pas d’accord 😉, vous serez remboursé intégralement sur simple demande en envoyant un mail à . Aucune justification ne vous sera demandée.

Le groupe d’entraide est-il sur Facebook ?

Non, c’est un espace réservé aux membres qui se trouve sur mon site (donc pas un groupe Facebook). Vous pourrez poser vos questions et échanger avec les autres membres (ou moi-même) et nous vous répondrons.

Quels sont les moyens de paiement acceptés ?

Vous pouvez régler par carte bancaire (système sécurisé) ou par Paypal.

Le paiement est-il sécurisé ?

La sécurité avant tout : nous utilisons un service de paiement crypté et sécurisé qui vous assure la meilleure protection.

Une autre question ?

Si vous avez le moindre souci avec votre commande ou bien s’il vous reste des questions, envoyez-moi un email directement à et dites-moi ce que je peux faire pour vous aider.

Voulez-vous avoir un potager résilient en eau, malgré les restrictions et les aléas climatiques ?

Le fil conducteur de ce guide pratique, c’est l’action :

  • que faire
  • au bon moment
  • pour ne perdre aucune goutte d’eau, de nulle part

Car bien souvent on a assez d’eau sans même le savoir !

Témoignages de celles et ceux qui ont suivi ce guide

Cliquez sur le bouton pour saisir votre témoignage :

Réponses

  1. Luciana

    Cher Nicolas
    Je viens de relire avec beaucoup d’attention votre guide “supporter la sécheresse” acheté l’année dernière et que j’avais un peu oublié.
    L’année 2023 et ses restrictions d’eau ont été très difficiles, mon jardin étant loué à la ville et loin de la maison, malgré l’installation de pompes à bras l’eau mise à disposition était bien insuffisante. Pour cette année, la ville de Metz a installé dans les parcelles, au grand bonheur des jardiniers, une cuve de 300 litres de récupération d’eau de pluie.
    J’ai surtout retenu vos explications concernant les solutions d’aide à l’arrosage et la manière de cultiver ses légumes avec un apport faible en eau.
    La relecture de votre livre m’a remis en mémoire certaines astuces à pratiquer, surtout les dernières pages – que faire en cas de canicule ou d’interdiction d’arroser – m’ont été très précieuses. Espacement des cultures, paillage, ombrage, etc..
    J’ai surtout retenu la planification inversée que je vais essayer de mettre en pratique.
    Chaque semaine je lis votre rubrique avec beaucoup d’intérêt.
    Merci Nicolas de vos précieux conseils.

  2. Marianne

    Celà fait plus de 20 ans que je jardine “en dilettante studieuse” et avec cette formation j’ai encore appris, comblant des lacunes, satisfaisant mon insatiable curiosité. Une sècheresse en Bretagne, le croyez-vous ? Eh bien ce guide est d’un grand secours pour mon potager qui désormais me le rend bien malgré la sucession inégale des années…Merci bien Nicolas !

  3. Anne-Marie (91)

    Bonjour Nicolas,
    Comme tous vos enseignements que j’ai achetés, celui concernant la sécheresse a été mis en pratique sur tous les points, même si j’en faisais déjà pas mal avant “naturellement” comme la récupération des eaux de pluies dans plusieurs citernes et celles du lavage des légumes et aussi celle du rinçage de nos douches.
    En ce printemps très pluvieux le stock est au maximum.
    Je pratique aussi vos méthodes d’associations selon la taille des légumes et je fais grimper tout ce que je peux sur des sortes de grillages durs qui servent généralement pour les clôtures. C’est très solide et mon mari m’a construit des sortes de ponts avec. Les courges et concombres sont ainsi bien guidés et solidement attachés, avec des “hamacs” faits avec les filets de récupération de légumes du commerce que j’achète parfois.
    J’ai aussi plusieurs testeurs d’humidité un peu partout car comme les sécateurs, j’ai tendance à les oublier dans la maison et j’ai un grand jardin (5000 m).
    Merci pour tous vos conseils, vos vidéos et vos lettres hebdomadaires dévorées dès le réveil le dimanche.
    Grâce à vous ça fait 4 ans que j’ai 4 supers potagers dans 4 coins différents.
    Bien amicalement.

  4. Monika

    Bonjour Nicolas,
    Je n’ai jamais eu à regretter l’achat de vos guides pratiques. À maintes occasions j’ai pu me rendre compte que ce sont des valeurs sûres, des ouvrages pleins de bon sens et fourmillant d’idées et d’astuces pour un jardinage durable.
    Il en est de même pour le guide “Supporter la sécheresse” que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt.
    Toutefois, mon petit potager se trouve dans un village de montagne dans les Vosges et les conditions météorologiques de l’été dernier ne m’ont pas donné l’occasion de mettre en application les excellents conseils du guide. En effet, nous avons bien eu quelques rares épisodes ensoleillés, mais globalement l’été 2023 y a été frais et extrêmement humide. Il en est d’ailleurs de même pour ce printemps. Mais je suis de nature optimiste et j’espère bien que la météo de l’été 2024 me donnera l’occasion de tirer profit de cet ouvrage.
    Un grand merci pour vos précieux conseils

  5. Rémi

    Bonjour Nicolas,
    Après toutes ces périodes de canicules (je suis dans les monts du Lyonnais où il fait très chaud l’été), j’ai acheté la version numérique de ce livre l’année dernière. C’était le bon moment…
    Même si je mettais déjà en oeuvre la plupart des conseils de ce guide (paillage, pluviomètre), j’ai appris beaucoup.
    Nicolas apporte énormément de théories qui aident à comprendre ce qui semble relever du bon sens et permettent d’optimiser les apports en eau du jardin.
    Je ne quitte plus le testeur d’humidité indiqué qui permet réellement une économie d’eau et ce guide m’a aidé dans la réalisation d’un système d’irrigation simple.
    Il y a longtemps que j’ai des bassines dans tous les éviers et lavabos durant l’été pour récupérer l’eau. Le chapitre sur les eaux grises m’a apporter des précisions sur la manière de les utiliser (attention aux feuilles et aux légumes consommés crus par exemple).
    J’ai plusieurs guides produits par Nicolas, et tous sont intéressants et pertinents.
    Merci beaucoup pour ce travail.

  6. GLEYE

    Bonjour Nicolas,
    j’ai bien apprécié ce guide très instructif et profondément argumenté dont j’ai fait l’acquisition l’année dernière
    J’ai une terre à dominante argileuse qui retient bien l’eau, et malgré une réserve d’eau de pluie importante 3000 litres, j’avais mes cuves vides fin juillet en raison de la canicule et du peu de précipitations en 2023
    En effet, j’ai installé un pluviomètre qui m’a permis de suivre les pluies soit 11 litres en juin, 21 litres en juillet et 13 litres en aout ( Tarn et Garonne)
    J’ai fait également un paillage important sur toutes mes parcelles avec une épaisseur de foin de 15 cm qui m’a permis de limiter l’arrosage tout en ayant une bonne production de légumes

  7. nicolas dedieu-anglade

    Cher Nicolas, je viens de retrouver le guide “supporter la sécheresse” que je vous ai acheté l’année dernière. Je l’avais dévoré, et relu tant je l’ai trouvé passionnant avec des infos pertinentes et des découvertes de sites intéressant sur les conditions hydriques permettant de chiffrer dans notre région les différences pouvant exister entre l’hydratation apporté par la pluie versus l’évapotranspiration. Stockage de l’eau, diffusion efficace pour éviter le gaspillage, agencement du potager pour optimiser la lutte contre la sécheresse…je me régale. je vais essayé cette année de mieux comprendre la “planification inversée” avec votre guide. Merci encore

  8. Christine

    Bonjour Nicolas,
    comme toujours vous savez expliquer les choses bien et simplement. Chaque été mes légumes avaient du mal avec les grosses chaleurs, surtout les tomates dont les fleurs séchaient sans faire de fruit. Maintenant grâce à vos conseils je sais quoi faire pour protéger mes cultures de la canicule. Je dois dire que ça marche plutôt bien, même en étant situé dans un endroit sec et chaud (le Vaucluse). Pour la première fois depuis longtemps, j’ai pu récolter tomates, concombres, laitues, etc. pour faire de bonnes salades tout l’été.

  9. Simon Chatel

    Ce guide m’a beaucoup servi pour mieux gérer l’eau dans mon potager ! Je l’ai mis en pratique tout de suite; le résultat est on ne peut plus concluant.
    Ce que j’ai apprécié, c’est les explications pour faire le bilan de l’eau disponible par rapport à ma terre qui est plutôt sablonneuse et mon climat.
    Résultat : tous mes légumes, même ceux qui d’habitude sont les plus assoiffés (courgettes, tomates) sont passés à travers la canicule sans encombre (je n’avais pas ce résultat (loin de là) lorsque je faisais mes arrosages trop copieux et trop espacés.
    Merci Nicolas pour ces judicieux conseils dont j’espère profiter encore longtemps malgré mes 76 printemps!!!