Mon palmarès des tomates 2015

134 comments on Mon palmarès des tomates 2015

Avant de vous parler de l’expérience que j’ai faite cette année où j’ai comparé 3 sortes d’une même tomate : la Cornue des Andes (variété ancienne, variété hybride F1 et variété greffée), je vais faire un bref compte-rendu sur les autres tomates que j’ai fait pousser.

Comme d’habitude, cliquez sur les photos pour agrandir.

Pas de mildiou mais oh quelle chaleur !

Cette année 2015 ne restera pas dans les annales en ce qui concerne ma production de tomates. Ce n’est pas le mildiou qui a posé problème mais plusieurs périodes de canicule qui se sont produites très tôt dans la saison (mi-mai, fin-mai et début juin). Cela a stoppé net la croissance des plants de tomates (qui se sont mis en « mode de survie » en enroulant leurs feuilles). Heureusement, les plants sont repartis en juillet et août, mais ont mis du temps pour rattraper leur retard, ce qui fait que certaines tomates sont restées vertes jusqu’à fin août !

Je n’ai jamais vu des feuilles de tomates enroulées à ce point (à cause de la canicule)
Je n’ai jamais vu des feuilles de tomates enroulées à ce point (à cause de la canicule)

3 magnifiques ‘Noires de Crimée’ toujours pas mûres début octobre !
3 magnifiques ‘Noires de Crimée’ toujours pas mûres début octobre !

Cela n’a pas l’air d’être une maladie car seules 2 ou 3 tomates étaient atteintes par plant...
Les punaises vertes sont passées par-là. Heureusement seules 2 ou 3 tomates étaient atteintes par plant.

... et les parties plus claires sont simplement la chair de la tomate qui n’a pas mûri et qui est restée dure.
… et les parties plus claires sont simplement la chair de la tomate qui a été piquée et qui est restée dure.
Obligé d’arracher les plants mi-octobre pour pouvoir semer de l’engrais vert sur la parcelle
Obligé d’arracher les plants mi-octobre pour pouvoir semer de l’engrais vert sur la parcelle

Zoom sur quelques variétés

Mon potager n’étant pas très grand, j’ai installé une vingtaine de plants presque tous différents, après les avoir semés de manière à développer un fort système racinaire grâce à la technique de la bouteille.

Les récoltes de 2015 ont quand même été honnêtes
Les récoltes de 2015 ont quand même été honnêtes

Toujours amusante, la tomate bleue ‘Blue OSU’. On la voit ici à 2 stades de maturité.
Toujours amusante, la tomate bleue ‘Blue OSU’. On la voit ici à 2 stades de maturité.

Je cultive en grande majorité des tomates dites anciennes, d’abord pour le goût et aussi pour la liberté de pouvoir refaire ses graines, mais il m’arrive de faire quelques exceptions en prenant une ou deux hybrides F1 quand elles valent vraiment le coup.

Joli contraste entre la variété bleue et la variété cerise ‘Sungold F1’, qui est dans mon potager à la fois la plus précoce et celle qui dure le plus longtemps jusqu’à fin octobre, et sans maladie.
Joli contraste entre la variété bleue et la variété cerise ‘Sungold F1’, qui est dans mon potager à la fois la plus précoce et celle qui dure le plus longtemps jusqu’à fin octobre, et sans maladie.

Entourée d’une cage et non taillé, ce plant de ‘Fournaise F1’ est resté très sain et produit encore en octobre.
Entourée d’une cage et non taillé, ce plant de ‘Fournaise F1’ est resté très sain et produit encore en octobre.

Expérience de bouturage

Certains jardiniers le font depuis longtemps mais je n’avais jamais essayé : bouturer des gourmands. J’y vois deux avantages : on sème moins de plants (gain de travail et de temps) et le développement des pieds de tomates issus des boutures est décalé dans le temps, ce qui permet d’avoir des tomates en pleine forme alors que les premiers plants commencent à se fatiguer (étalement des récoltes). Mais je pense que cela vaut surtout pour les potagers qui se trouvent au sud de la Loire et qui bénéficient d’étés longs (à vous de nous dire dans les commentaires si vous avez une expérience différente).

Les boutures ont été coupées mi-juin, élevées dans des godets pendant 3 semaines puis plantées début juillet. Ces pieds de tomates on mieux produit que ceux qui avaient souffert de la canicule à la fin du printemps !

Tomates ‘Ananas’ issues d’une bouture
Tomates ‘Ananas’ issues d’une bouture

Comparaison de 3 sortes d’Andines Cornues

Cette année j’ai eu envie de faire un match entre 3 sortes de tomates Cornue des Andes :

  • La variété ancienne (3€80 le sachet de graines pour plusieurs années),
  • la variété hybride Cornabel F1 (1€99 le plant en jardinerie),
  • et la variété greffée, non hybride (5€95 le plant en jardinerie).

Si vous me suivez depuis plusieurs années, vous savez que je suis un adepte de laisser se développer les plants tomates sur plusieurs tiges. Ce n’est pas moi qui décide du nombre, c’est comme ça vient ! La variété ancienne a fait 4 tiges, l’hybride 2 tiges et la greffée 5 tiges.

Remarquez la différence entre le plant de gauche (frêle et étiolé) qui provient de la jardinerie et celui du milieu (trapu et avec beaucoup de racines) que j’ai semé avec la technique de la bouteille.
Remarquez la différence entre le plant de gauche (frêle et étiolé) qui provient de la jardinerie et celui du milieu (trapu et avec beaucoup de racines) que j’ai semé avec la technique de la bouteille.

A gauche : la variété ancienne, au milieu : l’hybride et à droite : la greffée.
A gauche : la variété ancienne, au milieu : l’hybride et à droite : la greffée.


Voyons maintenant les quantités récoltées sur chacun des 3 pieds :

VariétéDate de la première cueilletteDate de la dernière cueilletteNombre de fruits récoltésPoids total de la récoltePoids moyen d’une tomate
Andine Cornue ancienne19 juillet11 octobre202 kg 100106 g
Cornabel hybride F124 juillet17 octobre272 kg 70099 g
Andine Cornue greffée18 juillet15 octobre475 kg 500117 g

On s’aperçoit que la variété greffée a produit plus du double de tomates que les autres variétés, mais le goût est-il au rendez-vous ?

Le verdict du goût

Dans l’assiette, sauriez-vous reconnaître les 3 variétés ?
Dans l’assiette, sauriez-vous reconnaître les 3 variétés ?


La Cornabel F1 début août
La Cornabel F1 début août

En dernière place arrive l’hybride Cornabel F1, qui est franchement fade, comme les tomates du commerce. Ses fruits sont très réguliers, autant dans la forme que dans la grosseur. A noter que sa peau est beaucoup plus fine que les deux autres. Je n’ai pas essayé, mais cela pourrait être un gain de temps pour faire du coulis sans avoir à éplucher les tomates .

En effet, la variété Andine Cornue (qui contient très peu de pépins, comme la Roma) sert habituellement à faire du coulis de tomates. J’aime bien les utiliser aussi pour faire des tartes salées car elles relâchent peu de jus. Et quand on les cuit, les différences de goût entre les 3 variétés sont beaucoup moins marquées.

On voir que la variété greffée est plus buissonnante. Un orage après la sécheresse caniculaire a fissuré certains fruits mais ils ont cicatrisé tous seuls.
On voir que la variété greffée est plus buissonnante. Un orage après la sécheresse caniculaire a fissuré certains fruits mais ils ont cicatrisé tous seuls.

En 2ème place vient la variété greffée que nous avons trouvée un peu moins fade. Je m’attendais à mieux car il s’agit normalement d’une véritable variété ancienne greffée sur un porte-greffe (probablement hybride) très vigoureux. Je sais que certains lecteurs du blog ont déjà greffé eux-mêmes leurs tomates (donnez-nous des détails dans les commentaires s’il vous plaît). C’est une idée d’expérimentation pour l’année prochaine et si cela vous intéresse, je vous recommande cet article sur le site Tomodori qui donne la marche à suivre.

C’est la variété ancienne qui a donné les plus gros fruits (et aussi les plus petits car les tailles étaient très disparates)
C’est la variété ancienne qui a donné les plus gros fruits (et aussi les plus petits car les tailles étaient très disparates)

La gagnante… on s’y attendait un peu : c’est la variété ancienne qui a le plus de saveur (toute la famille a voté pour elle). Elle a le plus long parfum en bouche et nous en avons fait d’excellentes salades de tomates.

Sur la variété ancienne, on distingue quelques pointes noires
Sur la variété ancienne, on distingue quelques pointes noires

Reconnue comme étant assez sensible au trouble du « cul noir » (qui n’est pas une maladie mais une malformation due à un manque de calcium dû lui-même à des apports d’eau irréguliers), la variété ancienne en a souffert un tout petit peu chez moi (3 ou 4 fruits atteints, pas plus) et les deux autres variétés pas du tout.

Quelles sont vos variétés de tomates anciennes préférées ?

J’aime toujours essayer de nouvelles variétés anciennes car elles ont des formes, des couleurs et des parfums tellement variés !

Dites-nous dans les commentaires quelles sont les variétés anciennes que vous recommandez et pourquoi. Je suis impatient de vous lire !

Tous les dimanches matin, recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n’est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine :

  • un article pratique où je vous apprends une nouvelle technique de culture que vous pourrez appliquer chez vous,
  • ou une vidéo qui vous montre ce qui pousse maintenant dans mon potager (y compris les ratages et les leçons à en tirer).
lm Général

Vous aimerez peut-être lire ces articles :

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

Réponses

Les commentaires :
(les plus récents sont en premier)

  1. Denise (Franche Comté)

    Bonjour Nicolas, Merci pour le partage, Sous serre, nous mettons des
    Potirons Ecarlate, qui pèsent à peu près 500 g, Chocolat Stripes, Summer Cider, tomates jaunes d’un bon calibre, Green Zebra, Joyau d’Oaxaca, Liguria, et la petite préférée tomate Auriga. Graines anciennes achetées à la ferme de Ste Marthe, dont nous refaisons des graines chaque année. Nous essayons une nouvelle sorte chaque année pour le plaisir de la découverte. Difficile de prévoir la récolte cette année, nous avons un temps exécrable

  2. Pierre-Jacques (Engis, Liège, Belgique)

    Mes variétés anciennes: La “Rose de Berne”, origine Suisse ou France, plutôt douce avec un goût de tomate bien marqué. La “Joyau d’Oaxaca”, origine Mexique, rouge orangée, belle, bonne et productive. La “Verte de Huy”, origine Belgique, verte, gros calibre, productive et excellente. La ” Leningradsky”, origine Russe, rosée et cordiforme, bon goût, gros calibre, très productive, je l’ai trouvée sur un site d’échange de graines et je la cultive dans des gros pots chaques années car en plus d’être bonne, presque tout les ans elle a un rendement de plus ou moins 5kg par plant. La “Taxi” origine USA, jaune, petit plant de 60cm, très productive quand bien installée, je la cultive chaques années car elle est en général très précoce, question goût, je trouve généralement les toutes premières un peu fade puis le goût s’améliore pour devenir une tomate un peu passe partout. Pour finir deux variétés de tomates coktail mais attention! Les plants sont plutôt grands (2,20 à 2,50), il s’agit des variétés “Black Cherry” et “Miel du Mexique” qui produisent une avalanche de petits fruits très parfumé de couleur rouge sombre pour la BC et rouges pour la MdM, les deux sortes sont plutôt sucrées, de véritables petits Bonbons, je les cultive dans des grosses cuvelles ou en pleine terre, il faut solidement tuteurer car quand on laisse ces plants buissonner elles s’écroules littéralement sous le poids des fruits. Dernière précision, je cultive en plein air, je n’ai pas de serre.

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Pierre-Jacques,
      J’ai découvert la Joyau d’Oaxaca l’année dernière et pour ceux qui aiment les tomates Ananas comme moi, elle leur ressemble beaucoup !
      Vous dites que vous cultivez les tomates sans serre en Belgique, bénéficiez-vous d’un microclimat particulièrement sec ? Sinon quelles sont les bonnes pratiques que vous pourriez conseiller à quelqu’un qui se trouve sous le même climat ?

      Avatar de nicolas
      1. Pierre-Jacques (Engis, Liège, Belgique)

        Mes recommandations pour “réussir” à cultiver les plants de tomate en extérieur en Belgique :
        1) Bien choisir les dates de semis et de plantation, je sème vers le 15 mars et je plante entre le 15 et le 20 mai.
        2) Pour ma part, je sème 3 graines dans un petit pot carré 7×7, quand la plante a 3 vraies feuilles, je sélectionne la plante la mieux développée que je transplante dans un pot 9×9 en l’enterrant jusqu’aux cotilédons que je supprime et je tuteure ; j’ai choisis la méthode de transplantation car j’ai remarqué que la plante se porte et grandit mieux avec cette méthode, je précise que d’après mon expérience, le terreau a également énormément d’importance et, pour ma part, j’utilise un terreau de tourbe d’un supermarché Belge (la marque everydays) dans lequel j’ajoute un peu de perlite.
        2) Je conduit la culture de mes plants dans une veranda et lorsque les températures le permettent, j’habitue progressivement mes plants à l’extérieur en faisant super attention aux températures et à la météo (Pas en dessous de 7 degrés, pas de pluies violantes ou de grêle, pas de vent trop soutenu et attention aux coups de soleil, quand il y a beaucoup de soleil, pendant une petite semaine éviter l’exposition directe entre 11 et 14h00.
        3) Une fois les plants plus grands et plus costauds, quand il n’y a plus de danger de gèle, je laisse mes plants dehors toute la journée et sous plastique en extérieur la nuit et celà jusqu’à la plantation.
        4) Je prépare le terrain en le retournant sur la hauteur d’un fer de bêche, en cassant les mottes puis en ratissant, au sujet du terrain, j’ai sélectionné l’endroit du jardin qui bénéficie de la période d’ensoleillement la plus longue et je l’ai enrichi année après année de tous les déchets végétaux du ménage, de feuilles d’arbres et d’herbe de tontes et, ce qui était à mon arrivée une terre dure et argileuse ou il était extrêmement difficile de rentrer une bêche est devenu une terre presque noire, riche, pleine de vie (verres de terre) et très facile à travailler.
        5) Note importante, pour la terre de culture, aussi bien l’été que l’hiver, ma terre est toujours couverte par du paillis ou des feuilles pour la protéger de l’évaporation en été et du “rinçage en hiver”.
        6) Je cultive en ligne de 11 plants maintenus par des tuteurs en fer torsadés et galvanisé eux même maintenus par un fil de fer galvanisé tendu entre 2 solides piquets pour éviter l’affaissement quand les plants sont chargés de fruits. L’espace entre les plants est de minimum 75 cm en tout sens pour qu’il y ai une bonne aération entre les plants.
        7) Dans le trous de plantation, je mélange la terre a du fumier de cheval bien décomposé, sur le plant, je supprime quelques feuilles basses pour permettre à la plante de développer plus de racine en enterrant une plus grande longueur de tige (attention de ne pas casser la plante en la mettant en place sur le tuteur torsadé).
        8) Conduite de la culture : Je cultive sur une seules tige parfois deux, je pince les plants régulièrement, j’étête les plants après le cinquième ou le sixième bouquet selon la précocité du plant, une année, j’avais testé la méthode buissonante pour selon certains éviter les blessures et les maladies, résultats : tuteurage difficile, très petits fruits puis mildiou.
        9) Concernant le mildiou, quand nécessaire je traite MAIS, uniquement quand la météo annonce de longue période de pluies et/ou un temp humide et lourd, j’utilise la classique bouillie bordelaise MAIS en divisant la dose recommandée par le fabricant par quatre. Remarque, quand nécessaire, je traite avant mais aussi après et j’évite de projeter le produit sur les fleurs car je pense que cela provoque l’avortement de la fleur.
        10) Quand il fait très chaud, il vaut mieux arroser abondamment une fois par semaine que de donner des petites quantités un peu n’importe comment (Ne pas mouiller le feuillage).
        Pour terminer, dans la conduite de la culture de la tomate en extérieur, il y a aussi une part de feeling et une part de chance car je ne suis absolument pas à l’abris d’un gros caprice de la météo.

        1. nicolas (Toulouse)

          Merci pour tous ces détails. C’est un tutoriel complet que vous nous avez préparé ! Il sera utile à bon nombre de lecteurs qui veulent cultiver des tomates en climat humide.

          Avatar de nicolas
  3. Pascale (midi pyrenees)

    Bonjour,
    Votre article est très intéressant mais pouvez-vous en dire plus sur le bouturage des tomates s’il vous plaît
    Merci

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Pascale,
      Oui les gourmands peuvent se bouturer en les faisant tremper dans un verre d’eau ou dans du terreau gardé bien humide.
      Vous trouverez quantité de tutos sur le net…

      Avatar de nicolas
  4. Brigitte (Hte-Normandie ROUEN)

    Bonjour Nicolas !
    Merci encore pour ce billet instructif.
    En ce qui me concerne, pas une bonne année-tomates à prévoir, après le mildiou de 2022..
    Ni chaleur, ni assez de lumière, mes semis trop tardifs, ont très mal et peu poussé. Jardinerie et Fournaise F1. Et je découvre ce matin, que les F1 ne sont pas un bon choix …. 😑
    J’aurais bien aimé connaître vos tomates anciennes préférées.
    Bon dimanche à tous.

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Brigitte,
      Voici mes variétés anciennes préférées pour chaque catégorie :
      Rouge : Coeur de boeuf
      Rose : Rose de Berne
      Foncée : Noire de Crimée
      Jaune flammée : Ananas
      Verte : Green zebra
      Orange : Valencia
      Cerise : Blush Tiger
      Un jour je ferai un article complet ou une vidéo dessus !

      Avatar de nicolas
      1. Brigitte

        Mille mercis Nicolas ! C’est noté.

        Oui ! Un article et une vidéo seraient les bienvenus ! 😁

  5. Louis (CORSE bord de mer.)

    personnellement, j’ai semé mes graines de tomates vers le 15 février dans des fonds de bouteilles plastique de 15 cm de haut dans 8 cm de terreau.je mélange des boulettes d’éponges au terreau qui font office de tourbe! variétés: ROMA, MARMANDE, ANANAS, SAINT PIERRE et CERISES. Graines issues de ma précédente récolte.ainsi que 2 plants de chaque achetés en jardinerie. début mai j’ai du procéder au repiquage car il n’avait pas plu depuis 2 mois, (en avril, 10° la nuit et 20° le jour, donc trop grande différence de température, (d’habitude je repique vers le 15 avril). Résultats au 15 mai: pieds trapus pour toutes sauf ceux de la jardinerie! j’ai constaté qu’en jardinerie les pieds qu’ils vendent sont arrosés au jet d’eau … pour gagner du temps! résultat: pots inondés, feuilles trempées, feuilles “pendantes”. Comme en mai il a fait très chaud, les feuilles sont recroquevillées… aucune fleur alors que j’ai déjà des toutes petites tomates sur tous les autres pieds ( sauf ANANAS). Je plante généralement les mêmes variétés chaque année. au niveau du gout en n° 1 l’ananas pour les coulis la Roma. Au niveau récolte, l’an dernier la moyenne par pieds 5,9 kilos et la Roma 2,6 kilos. aucun engrais! juste du compost en grande quantité! dernières tomates mures le 12 novembre! cette année on verra! à préciser que je suis en Corse et pratiquement en bord de mer. cette année pas de pluie depuis des mois, nuits très fraîches et chaleur le jour! voilà, vous savez tout!

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Louis,
      Merci pour ce retour d’expérience. Les tomates de jardinerie, c’est vraiment quand on ne peut pas faire autrement, sinon les plants vendus par les petits producteurs au marché ont bien meilleure mine ! Ma variété préférée est aussi l’Ananas. Comme j’aime varier les couleurs, j’ai aussi des tomates vertes, oranges, roses ou bleu tirant sur le violet.

      Avatar de nicolas
      1. Pierre-Jacques (Engis, Liège, Belgique)

        Pour les Belges, il existe en région Liégeoise à Tihange une jardinerie spécialisée dans les tomates anciennes ; ils vendent les graines qu’ils produisent eux même et vers le 27 avril il font une ou deux journées dédiées aux plants de tomates, beaucoups de variétés anciennes, quelques variétés greffées et deux ou trois hybride, le tout produit par eux et d’une grande qualité, il s’agit d’une entreprise familiale qui s’appelle “Ets Horticole Flamand”, ils sont vraiment pro et ne font pas que les tomate, vous pouvez consulter le site et voir leur catalogue.

  6. Annie SARRAT (Occitanie – 82000- Montauban)

    Bonjour, article très intéressant. Vous qui êtes un super jardinier, savez-vous si dans ma région (82000 – Montauban) il y a des producteurs de variétés anciennes en plant ? Et pouvez-vous m’indiquer pour l’an prochain la marque de graines… Si j’ose me lancer dans les semis ?
    Merci beaucoup.
    Bonne journée
    Cordialement
    Annie SARRAT

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Annie,
      Les plants de tomates anciennes sont de plus en plus prisés par les jardiniers. C’est pourquoi les producteurs locaux de fruits et légumes partout en France se sont mis à produire et à vendre ce genre de plants sur les marchés.
      Je suis certain que vous en trouverez au marché de votre ville. Ces marchés se tiennent généralement le samedi ou le dimanche, parfois en semaine.
      Sinon pour faire vos semis, il existe de nombreuses “marques” de graines. J’avais fait une liste de semenciers dans cet article : https://potagerdurable.com/comparatif-des-meilleurs-sites-internet-de-vente-de-semences-peu-ordinaires

      Avatar de nicolas
    2. Mana 56 (Vannes)

      Bonjour Annie, n’oubliez pas les foires aux plantes dans votre région où l’on peut trouver de nombreuses variétés de plants légumes/fruits…Il y en avait une fin avril à Montauban !

  7. Anonyme (Région Lyonnaise)

    Nicolas, bonjour de mon côté je suis amateur de variétés anciennes. Je suis dans la région Lyonnaise. En 2022 j’ai beaucoup aimé la Beaurepaire, la monstrueuse de Lyon, la côte Saint André.
    Concernant les andine cornes, j’ai arrêté, beaucoup trop de “cul noir”

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour,
      En effet les tomates allongées comme les Cornues des Andes sont plus sensible au “cul noir”.
      De mon expérience, j’ai remarqué qu’une bonne quantité de compost dans le trou de plantation pouvait nettement diminuer ce problème.
      Je ne parle pas d’une petite poignée de compost au fond du trou mais bien de la moitié de la terre de rebouchage que l’on va mélanger à la moitié de compost, l’excédent de terre étant enlevé et mis ailleurs.
      Et ne pas hésiter à faire un trou de plantation beaucoup plus grand que la motte, de la largeur d’un fer de bêche à peu près, soit 20 cm..

      Avatar de nicolas
      1. louis

        je ne lésine pas non plus sur le compost et je paille énormément! et pas de cul noir non plus!

  8. Tony

    Bonjour,
    j’ai très apprécié votre étude sur les tomates et je souhaite vraiment continuer à vous suivre dans votre travail!
    Bonne continuations

    Tony

  9. jacques

    Bonjour à tous! Je cultive la tomate ancienne depuis plusieurs années. J’ai pratiquement fait une croix sur l’achat de tomates en surpermarché. (elles sont fades, insipides). Alors que celles que l’ont cultive soi même, (variétés anciennes), sont tellement parfumées et au goût incomparable.
    Je possède environ soixante variétés (uniquement anciennes) de tomates. Et parmi les meilleures, à mon goût:
    Rouge russe – amana orange – striped german – noire de crimée – ananas hillbilly – golden jubilée – et orange queen.
    Une variétés que j’apprécie surtout pour sa productivité: c’est la Bérao appelée également tomate arbre. En 2018, j’ai eu des plants de 4m50 pour environ une soixantaine de tomates (par pied). elles sont destinées principalement pour le coulis. Elles ressemblent à la Roma.
    Pour parler technique de plantation, je pratique toujours de la même façon à savoir : Je retire les premières feuilles en plus des cotylédons, et j’enterre le plant en biais en respectant un angle de 45°, la tige doit être recouverte sur une plus grande longueur possible. Cette technique permet à la tige de produire beaucoup plus de racines et donc un meilleur rendement. Je fais ensuite une cuvette au dessus de la tige enterrée dans laquelle je verse l’eau d’arrosage.
    Cette année 2019 a vraiment été un année médiocre pour les tomates et le jardin en général. Alors que 2018 a été très productif. Je cultive en serre: tomates, melons, aubergines, poivrons et piments, et concombres. Pour info j’ai fait environ 70kg de concombres pour quatre pieds. Concernant les tomates mon record et de 1kg355 pour une striped german.
    Merci Nicolas pour ce blog très intéressant où j’ai puisé d’intéressants renseignements.
    Bon jardinage à tous!

  10. Marie

    Super commentaire même si nous sommes en 2019, le potager est intemporel..

  11. Chantal

    Bonjour, mes parents sont des jardiniers accomplis et mon père est un spécialiste des tomates. Il leur donne tellement d’amour… et du bon fumier.
    Mais voilà que cette année il y’a des tomates qui ont eu des tâches plus claires comme sur 2 de vos photos.
    Savez-vous qu’est-ce que c’est?
    Ma mère veut écrire au ministère de l’agriculture pour s’informer, mais je me demandais si vous pouviez nous répondre. Est-ce une maladie? Merci de me répondre. Bonne journée!

    1. SebD

      Bonjour je lis l’article qu’aujourd’hui… à mon avis ce sont des taches de punaise qui pique les tomates..

      1. patrick

        bonjour,
        Merci pour ce blog
        Tres interessant comme article, et pour info si vous ne le savez pas encore, les taches jaunes sur les tomates sont des “piqures” de punaises qui ravagent la totalité des recoltes ici dans le 06. pas de solution pour l’instant, à moins que vous puissiez nous aider merci d’avance
        patrick

  12. jacky

    j’reussi a avoir des graines de tomate OPALKA par les USA. a un prix peu excessif:13euros les 3 sachets de 12 graines port inclus.C’est parait-il le top des cornues,assez precoce,que de la pulpe,gout extra.le top pour faire des coulis. la connais tu? amitiés .jacky

  13. ahmed

    bonjour, je n’ais toujours pas de réponse à la question posée le jeudi 18 aout
    merci

  14. Danielle

    C’est très motivant! Je fais pousser mes tomates sur mon balcon, elles sont à l’abri de la pluie ;-) Mais j’ai un plant qui perd ses feuilles, 2-3 chaque jour. Elles se dessèchent, c’est tout. C’est un plant Black cherry to16 de pro specie rara. Les tomates sont saines et nombreuses, elles commencent à mûrir. Une idée?
    Je vis à Nyon au bord du Léman.

  15. emmanuel

    Bonjour , j ai fait aménager des grandes jardinière 70Hx100L et depuis 4 ans je plante mes tomates là avec une certaine reussite .variétés anciennes pour la plupart avec une préférence pour ananas, ,steack, noire de crimée , grosse coeur de boeuf et green zebra . L année dernière j ai voulu essayer la tendance “douche nocturne”…pour ma part je déconseille fortement de même les F1, pas terrible. Cette année année mauvaise récolte. Pourquoi? sol épuisé? pourtant j ai fait un apport important de engrais organique, autre détail qui à pu contrarier les plants , courant mai je me suis absenté 10 jours et mon voisin a complètement oublié de venir arroser……et ici dans le roussillon il a fait très chaud. À signaler que cette année j ai acheté des plants d une variété espagnole , achetes en espagne, et bien qu elle surprise! plants vigoureux, très très productifs ,fruits superbes d aspec
    t d un poids respectable et goûteux. Voilà peut être une variété à conseiller.Merci pour vos articles à +
    ct

  16. Jef

    Merci pour vos précieux conseil

  17. Marie-France

    Les feuilles de tomate ont un parfum très caractéristique que l’on espère retrouver dans la saveur des fruits .Nenni .Si vous en connaissez, ne manquez pas de me le dire …, en ce qui concerne les tomates les plus savoureuses sont les Noires de Crimée , à la peau très fine très faciles à peler , et si on se donne cette peine , la tomate fond en bouche laissant une longueur fruitée et très rafraîchissante . La Blackberry, qui semble être la miniature des Noires de Crimée ont la même saveur en plus concentré et plus sucré , une vraie friandise .Quand j’envoie les enfants les cueillir , la récolte est toujours bien maigre ! et ils n’ont plus faim à table ..Les Ananas, Coeur de BF, Orange Queen sont très intéressantes , bien meilleures que celles du commerce, il suffit de faire le test comparatif dans l’assiette . Ici, c’est la pulpe charnue , bien lisse et la fraîcheur du fruit qui priment .Et si l’eau ne vous vient pas à la bouche après tout çà ….

Recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n’est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine un article ou une vidéo que vous recevrez le dimanche matin.

lm Général


Bonjour, je m’appelle Nicolas

Ma photo timbre carrée

Si vous voulez en savoir plus sur mon potager, cliquez ici pour lire mon histoire…