Le compostage en surface ou comment faire foisonner la vie dans votre sol

Vous connaissez déjà le mulching ou le paillage des cultures au potager.
Ils permettent de garder l'humidité dans le sol en été.

Mais vous pouvez aller plus loin en pratiquant le compostage en surface, toute l'année.

Cette pratique un peu déroutante au premier abord, va produire des effets spectaculaires sur votre terre.

Une fois que vous l'aurez essayée, vous ne pourrez plus vous en passer.

Le compostage en surface, c'est quoi ?

Réponse rapide n° 1 : ce n'est pas du compostage en tas (dans un composteur).
Réponse rapide n° 2 : c'est reproduire ce que fait la nature.

Feuilles de poirée en cours de décomposition

Feuilles de poirée en cours de décomposition

En fait, c'est très simple : composter en surface, c'est déposer des déchets végétaux directement sur le sol de son potager.

Ces déchets végétaux vont se décomposer sur place, ce qui va fertiliser et améliorer la terre.

C'est la même chose qui se passe dans la nature : les brindilles sèches et les feuilles mortes se décomposent sur place chaque hiver. Et au printemps, les plantes repoussent de plus belle, d'année en année.

A quel moment de l'année peut-on faire du compostage en surface ?

Vous pouvez le faire toute l'année, et c'est même recommandé pour garder un sol vivant.

Mais il y a deux occasions propices pour commencer :

  • après une culture : quand la récolte d'un légume est terminée (haricots verts par exemple), au lieu d'arracher les tiges et de s'en débarrasser, coupez-les au ras du sol et dispersez-les sur place, après les avoir découpées si besoin en morceaux plus petits.
  • en automne, préparez le potager à passer l'hiver en couvrant toutes les parcelles du potager avec un mélange de feuilles mortes et d'autres déchets végétaux du jardin.
Fanes de poireaux

Fanes de poireaux

 

Sans oublier qu'à chaque fois que vous cueillez un légume (un poireau, des radis), vous pouvez au même moment enlever les parties abîmées (les pointes vertes du poireau, les fanes des radis) et les remettre sur le sol.

 

Les 3 avantages du compostage en surface

  1. Garder une bonne terre de potager, riche en humus.
    Il n'est plus nécessaire d'ajouter d'engrais pour faire pousser de beaux légumes. La structure du sol va s'améliorer et devenir grumeleuse, facile à cultiver.
  2. Le sol est ensemencé en micro-organismes participant à la biodiversité.
    Un équilibre naturel va se créer et les attaques de ravageurs ou les développements de maladies vont s'auto-réguler.
  3. Moins de travail : terminée la corvée de nettoyage des restes de culture, terminée l'évacuation des mauvaises herbes.
    Maintenant, tout est coupé et laissé sur place.

Dans quels cas faut-il éviter de composter en surface ?

Attention il y a quelques situations où il vaut mieux ne pas le faire :

  • Pendant l'hiver dans les sols très argileux, pour laisser le gel briser les mottes.
  • Au printemps afin de laisser les rayons du soleil réchauffer le sol.
  • Pour des cultures qui n'aiment pas l'humidité (ail, échalote et oignon).
  • En été, en cas de sécheresse, attendre une bonne pluie avant de pailler.
  • Ne pas utiliser de restes de plantes atteintes par la maladie du mildiou (tomates, pommes de terre) pour couvrir le sol.
    Les autres maladies ne survivent pas à la décomposition.

Avec quelles matières recouvrir le sol ?

Pour trouver avec quoi composter en surface, quantité de possibilités s'offrent à vous :

  • après une récolte, découper en morceaux les tiges des tomates, haricots, pois, courgettes...
  • toutes les fanes de légumes (betteraves, radis, choux, carottes, salades). Si vous trouvez que ça fait moche par terre, recouvrez-les avec un autre paillis !
  • les tontes de pelouse (en couche fine et sèche)
  • les mauvaises herbes arrachées
  • certaines plantes intéressantes par leurs propriétés :  ortie, consoude, aneth, bourrache...
  • quelques éléments d'origine animale : fumier de cheval, fientes de poules (à composter auparavant)
  • du BRF (bois raméal fragmenté) : tailles broyées d'arbustes
  • du compost venant de son composteur (eh oui !)

Et si vous n'avez pas assez de déchets végétaux, cultivez-les sur place avec les engrais verts !

 

L'épaisseur du couvert végétal dépend de la grosseur des débris végétaux :
- faible épaisseur (2 à 3 cm) pour les débris fins et humides (tontes de pelouse),
- forte épaisseur (10 cm) pour les restes plus grossiers (tiges de haricots).

Il faut toujours veiller à ce que le sol puisse respirer. On évitera donc les paillis trop denses ou trop épais.

Et ensuite, comment semer et planter ?

Tiges de haricots séchées

Tiges de haricots séchées

Après quelques saisons de pratique du compostage en surface, vous ne devriez plus avoir besoin de travailler votre sol car la terre restera meuble en permanence, comme la litière d'une forêt.

Si ce n'est pas encore le cas, vous allez simplement aérer la terre avec une fourche-bêche ou une grelinette. Le but est juste de décompacter le sol en dérangeant le moins possible la vie qui s'y est installée.

Pour mettre en place une nouvelle culture, préparez la parcelle de la façon suivante :

  • écartez le paillis végétal dans un coin à l'aide d'un râteau (ne soyez surtout pas tenté de l'incorporer à la terre !),
  • procédez au semis ou à l'installation des plants,
  • remettez en place le paillis entre les rangs pour ne pas étouffer les jeunes pousses de légumes.

 

ebook-enrichir-sa-terre.pdf

Cet article a fait l’objet d’un évènement inter-jardiniers organisé par Yannick du blog Au potager bio. Il s'agissait d'écrire un texte sur les différentes méthodes pour enrichir la terre pendant l’hiver. Tous les articles écrits par les blogueurs (il y en a 13) ont été rassemblés à cette occasion dans un livre.
Pour télécharger votre exemplaire, cliquer sur ce lien : Enrichir sa terre pendant l'hiver : 13 jardiniers nous confient leurs méthodes

 

Cet article est maintenant terminé. Qu'en pensez-vous ? Cela vous a-t-il donné envie de changer vos habitudes au potager ?

Vous avez aimé cet article ?

Merci de partager cet article sur Facebook ou Google+ en cliquant sur un des boutons ci-dessous.
Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

      
 

Pour ne rater aucun des prochains articles et pour avoir accès à la Boîte à outils du Potagiste, inscrivez-vous, c'est gratuit :

Les commentaires :

    Add Comment Register

    Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

  1. Je n'ai rien à ajouter à ce que tu as exposé : c'est ce que je fais.
    Je mets les épluchures de légumes sur mon paillis et elles disparaissent assez vite. Je rajoute toujours couche après couche selon la saison, feuilles, litières, tontes, etc....

    • nathalie lili :

      Bonjour, merci pour ces renseignements ! Quand vous dites litière c est litière des chats ?
      Merci à vous !

    • Emmanuel :

      La litière, j'ai essayé cette année, c'est une catastrophe! Il y a plein de saloperie dans les excréments de chat, pleins de maladies diverses, c'est dangereux pour le sol et pour notre santé du coup. C'est un véritable herbicide! À l'endroit où j'ai mis la litière (100% minérale sans additif je m'entend), plus rien ne pousse, même les mauvaises herbes ont du mal.

      • A quel endroit de l'article avez vous lu qu'on peut mettre de la litière de chat ???? C'est n'importe quoi !!!

  2. Bonjour,
    A cinq mille kilomètres de la France, c'est un air du pays que j'ai senti ce matin, au réveil!
    Cet article est des plus intéressants, je vais donc l'adopter. J'ai déjà laisser sur place les tiges et feuilles des derniers haricots verts et j'ai commencé à éparpiller les fanes des poireaux. A mon retour au printemps, je vous ferai part des résultats (à savoir, ma terre est argileuse).
    Bonne journée à toutes et à tous.
    Bernard.
    PS.: En Afrique, où je passe les hivers, il n'y a pratiquement pas d'engrais chimiques (beaucoup trop chers!). Pour amender le sol, les Africains clôturent une parcelle et laissent paître les zébus durant un mois. Au bout de ce laps de temps, ils font de même sur une autre parcelle et ainsi de suite... Leur terre est enrichie en permanence de façon naturelle ce qui leur permet de faire deux récoltes par an. Il faut savoir aussi que la nappe phréatique, au Sénégal, est très peu profonde: vous trouvez l'eau en abondance entre 2 mètres et 15 mètres de profondeur. L'ensoleillement fait le reste! Les légumes ont une saveur incomparable... comme dans votre jardin.

    • Bonjour Bernard,

      je vis également en Afrique, au Bénin. Je me tente sur une expérience agricole, biologique de fruits et légumes qui ne poussent pas ici (fraises, framboises...) ici le climat est chaud et très très humide (25 à 35° et 60 à 85% d'humidité). les agronomes avec qui j'ai pu parlé me disent que les fruits pousseront mais vont moisir avant de mûrir. Je suis une Bretonne têtue qui aime faire ses propres expériences. Par contre si tu as des conseilles comme Nicolas mais plus appropriés à notre zone, je suis preneuse. Nicolas, Merci pour ton site j'ai bien sur pris des idées.

  3. Le taupin (larve du hanneton)adore les bois en décomposition du BRF dans le sol c'est un bon prédateur de patates salades et rhyzomes divers donc méfiance

    • Le taupin n'a rien à voir avec les larves de hannetons. C'est la larve d'un coléoptère appelé Agriotes lineatus. Les larves de hannetons aiment bien le BRF quand il est en couche épaisse, mais elles n'attaquent pas les rhizomes, ni les patates, ils ne mangent que du bois en décomposition. Par contre le taupin oui .
      Tout ça pour vous dire que le BRF n'attire pas les taupins.

      • Non, les hannetons mangent du vert bien vivant, c'est pour ça qu'ils ont une "grosse tête et un petit cul" (ils ont des mandibules puissantes mais pas tellement de tube digestif), ce qui permet de les différencier des larves de cétoines à "petite tête et gros cul", qui ne mangent que des végétaux en décomposition (du coup elles ont besoin d'un gros système digestif et sont inoffensives au jardin, ce sont elles qu'on trouve dans le compost). Le ver du hanneton mange à peu près n'importe quoi, et dans les patates ça fait des trous comme à la tarière. Il aime aussi pas mal les salades et les poireaux par chez moi. Quand on s'en rend compte, les plants sont généralement foutus...

        • La larve du taupin (Agriotes lineatus) est un ver de couleur ocre à cuivre, assez fin, avec une tête brun foncé et la partie postérieure du corps se termine par une courte pointe marron. Il mesure jusqu'à 3cm. On l'appelle "ver fil de fer". Le développement larvaire dûre près de 4 ans, durant lesquels la larve consomme des déchets organiques et les racines de nombreuses plantes, potagères ou non.

          La larve du hanneton a "grosse tête, petit cul et grandes pattes" et est jaunâtre. C'est bien aussi un ravageur important. A ne pas confondre effectivement avec celle du cétoine (petite tête, gros cul, petites pattes, blanchâtre) qui colonise abondamment mon tas de compost de feuilles.

    • Le Taupin n'est pas la larve du hanneton !
      Le Taupin ou vers fil de fer long, étroit et de couleur orangée n'a absolument rien de commun avec la larve du hanneton qui elle est massive et blanche. Même si il m'arrive parfois de trouver des taupins de grande taille ils ne sont en rien comparables à la larve du hanneton, que par ailleurs, il faut éviter de confondre avec celle de la Cétoine et là ce n'est pas si évident. Allez voir des images sur internet.
      Cordialement

  4. Bonjour,

    J'ai pour habitude de toujours laisser le sol de mon potager recouvert de paillis. Au printemps et lors des semis, je diminue simplement l'épaisseur de la couche, je ne mets qu'une très fine couche et privilégie surtout le foin. Comme je mange les fanes et donne les plus abîmés aux poules, je ne peux les utiliser pour pailler, je mange aussi de nombreuses mauvaises herbes donc je ne peux pas les utiliser non plus. Mais à la place j'utilise selon les saisons, des feuilles, de la tonte de pelouse, du foin, du brf, des tiges de plantes (maïs, topinambour, tournesol, haricots, pois, fève etc), des fleurs fanées, du carton ou papier broyé. Je n’utilise pas de paille sauf quand je suis sûre qu'elle est bio, sinon comme le blé est fortement traité cela polluerait ma terre.
    Amicalement,
    Isabelle

    • Bonjour Isa et bienvenue ici,

      Merci pour ton retour d'expérience.
      Arrives-tu à obtenir un sol assez meuble pour ne plus avoir besoin de le travailler ?
      Dans mon potager, je n'y arrive pas encore. Je dois le décompacter à la grelinette.

      Bonne journée,
      Nicolas

  5. Re-bonjour,

    Comme je cultive sur buttes, cela dépend de la composition de mes buttes.
    Pour celle dans laquelle il y a beaucoup d'argile, il m'arrive encore de décompacter la terre par endroit, plus par acquis de conscience qu'autre chose. J'utilise une petite latte de bois plantée de clous.
    Sinon dans la serre, dont la terre est très argileuse, là je décompacte encore. Je n'ai pas de Grelinette (je trouvais l'achat trop cher pour le peu d'utilisation), j'utilise ma fourche-bêche, mais comme une grelinette.
    Amicalement,
    Isabelle

  6. Pour une petite illustration en vidéo :)
    http://youtu.be/noUmOWRYqTg

  7. Bonjour,

    Pourquoi écrivez-vous "écartez le paillis végétal dans un coin à l'aide d'un râteau (ne soyez surtout pas tenté de l'incorporer à la terre !)" ?
    qu'est-ce que cela fait si on incorpore le "paillis", ne faut-il pas faire cela pourtant avec les engrais verts, fumier ou compost ?

    merci pour les précisions
    Alain

    • Bonjour Alain et bienvenue sur ce blog,

      Pourquoi ne pas incorporer le paillis ?
      Parce qu'on va semer ou planter à ce moment. Pour que les graines germent bien ou que les plants reprennent bien, ils faut qu'ils soient en contact avec de la terre, pas avec un mélange de terre et de paillis à moitié décomposé.

      Si l'on souhaite vraiment incorporer le paillis / engrais vert / fumier / compost, il faut s'y prendre plusieurs semaines à l'avance (voire 1 ou 2 mois), pour qu'il ait le temps de terminer sa décomposition avant la mise en culture de la parcelle.

      De plus, il ne faut pas incorporer trop profondément, car les bactéries qui provoquent la décomposition ont besoin d'oxygène pour se développer.

      De plus en plus, les "experts" recommandent de simplement épandre ces matières sur la terre, et de laisser la nature faire le reste (comme dans une forêt).

      Nicolas

      • Enfouir les déchets/composts, c'est risquer d'incorporer des maladies dans le sol, à cause de la décomposition.
        En plus, les micro-organismes vont travailler d'abord à éliminer les 'intrus' dans leur biotope (ce que vous avez enfoui). Et durant tout ce temps, ne feront pas bénéficier vos légumes de leur action.
        Le compostage doit donc en effet rester en surface.

  8. bonsoir,

    la technique du compostage en surface essaie de reproduire ce qui se passe dans la nature. cette technique a été développée dans le livre " Le jardin naturel " de Jean-Marie Lespinasse. le seul inconvénient (peut-être) est esthétique pour les jardiniers qui aiment avoir un jardin impeccable.

    stef

  9. je vois que beaucoup d'entre nous confondent la larve du cetoine dore avec la larve du hanneton,les hannetons qui sont de moins en moins nombreux.je suis a penser que la plupart d'entrenous s'adonnent au compostageen surface ,a froid,vu les avantagesje vais me laisser tenter,sauf pour les choses comme,ecorces d'oranges ,citrons,et quelques trucs difficiles et surtout afin de garder un petit compost,(un vice chez moi) mais le compost a froid est certainement plus bacteriens que celui a chauddonc meilleur pour le potager,je continuerais a pre composter les brf pourle jardin d'ornementqui prefere les composts mycorhizes aux bacteriens

  10. bernard 59 :

    bonjour nicolas

    moi pour cette année j aie enfoui du fumier de cheval . j ai une terre tres argileuse et je compte mettre du compost au moment de passer la fraiseuse

    cela sera t il bon? je pratiquerai le compostage sur place cette année afin de ne plus becher! pff trop mal au dos

    • Tu es sur la bonne voie ;-)
      Après, il faut laisser le temps au temps.
      Une année de compostage en surface ne suffira peut-être pas pour que ton sol ne demande plus aucun travail.
      Mais tu devrais voir une amélioration petit à petit.

      Nicolas

    • patricia :

      Bonjour,

      Terre très argileuse aussi dans mon département.

      Conseil donné par mon marchand de légumes du marché (sa produc bien sûr)- "c'est mon métier, je suis paysan dans le gers, je connais bien cette terre": faire retourner la terre par un tracteur (et âs un motoculteur, ce n'est pas suffisant) quand elle n'est pas gorgée d'eau (même maintenant si c'est possible), ne rien toucher ensuite, laisser passer l'hiver et geler la terre pour que les strates éclatent et libèrent les bons éléments nécessaires aux plantations, écréter juste le haut des sillons au moment des plantations en mai, si l'on veut de jolis légumes.

      Bon c'est le résumé de ce que j'ai entendu, en espérant ne pas m'être trompée. Sauf que ça va à l'encontre de ce que je lis ici ou ailleurs, je retranscris seulement.

      Patricia

      • Retourner la terre d'un potager familial avec un tracteur, cela équivaut à utiliser un accélérateur de particules pour planter un clou.
        Le labour profond, comme le démontrent de très nombreuses études pluridisciplinaires, est une catastrophe pour le sol. Il enfouit les couches dont la faune est aérobie (a besoin d'air) et remonte les couches anaérobies. Résultat: on tue le sol à petit feu, et ce type de labour appliquérégulièrement forme en plus une semelle dure juste sous la portée de l'outil, qui devient imperméable, impénétrable aux racines et totalement stérile.
        Le compostage en surface va favoriser en assez peu de temps un retour d'une faune riche et utile, qui va effectuer un labour naturel à condition qu'on maintienne les conditions de couvert abondant et varié.
        Les jardiniers professionnels, on ne peut pas les blâmer, ont appris ce que les "agronomes" leur ont enseigné. Un savoir qui n'a que 50-60 ans, contre une sagesse millénaire, celle de la Nature.

  11. bonjour

    bonne année à tous

    Début novembre j'ai recouvert mon potager de feuilles, cartons, tontes de pelouse,fanes de légumes ,fumier,et terreau,beaucoup pour la première fois 15 cm de hauteur en bandes de 1,20 façon Dominique Soltner.Dernièrement avec la fourche j'ai aérée comme avec la grelinette la terre ,ne trouver vous pas que l'épaisseur est trop importante!
    Autours de mon jardin ce ne sont que des potagers tenus classiquement et je ne peut discuter de cette méthode qui m'a emballée décidée de ne plus me tuer le dos comme auparavant!
    Si des amateurs de cette pratique pouvaient me donner des conseils ils seraient les bienvenus,

    • Nicolas :

      Bonjour Eloise et merci pour ce premier commentaire.

      Ca ressemble plutôt à une lasagne, ce que tu as fait.
      Au printemps, ça risque d'être encore trop grossier pour faire du semis direct.
      Mais ce sera parfait pour repiquer des plants, surtout des légumes gourmands comme les tomates / aubergines / poivrons par exemple.

      J'avais écrit un article sur les lasagnes :
      http://potagerdurable.com/votre-terre-est-elle-trop-pauvre-pour-faire-pousser-des-legumes

      Bonne journée,
      Nicolas

      • En installant des lignes ou des poquets de terreau dans la lasagne et en semant là-dedans, est-ce que cela pourrait marcher?

        • Je pense que oui.
          Une fois que les plantules auront grandi, leurs racines vont descendre en-dessous du terreau et atteindre la lasagne, où elles devraient être assez fortes pour continuer à se développer.
          Nicolas

  12. Bonjour Nicolas,

    Merci pour cet article !

    Voilà le genre de pratique que j'apprécie particulièrement.
    Tout ce qui se rapproche le plus possible de ce qui se fait dans la Nature (voir les forêts) est, j'en suis convaincu, la bonne voie...

    Bonne journée à tous,
    Gilles

  13. Ces échanges sont d'une grande utilité pour qui souhaite sortir des sentiers battus , et consommer sain . Mais , néophyte , j'ai commencé cet hiver et me retrouve avec , sur les parcelles de 1m10 à 1m50 avec du fumier de cheval insuffisamment décomposé ...Y-a- t- il un risque de planter et semer sans ramasser ce compost ?. Merci de m'éclairer et bravo pour tes conseils et tes recherches . D.

    • Nicolas :

      Bonjour,
      Pour les semis, il vaut mieux écarter ce fumier car les graines n'aiment pas avoir une fumure trop récente et pas assez mûre pour germer.
      Pour les plantations, pas de problème.
      Nicolas

  14. Merci NICOLAS, je vais donc planter des P.de.T. sur carton sans craintes.D.

  15. canelle82 :

    chaque année ,mon mari éparpille le crottin de l'année précédente des 2 chevaux de ma fille et l'hiver je vide les cendres froides de l'insert dans le jardin,j'ai très peu de déchet alimentaires car les poules et mon cochon nain en consomment beaucoup

  16. Françoise :

    Bonjour,
    Je suis pour cette méthode, par contre je ne sais pas comment faire face à Madame Limace qui se réfugie sous le paillage, grignote tous les semis, s'attaque aux oignons, etc.
    Merci de me donner vos conseils

    • Les limaces ne peuvent pas aller sur du sable... elles s'ouvrent le ventre, donc il suffit de s'assurer qu'il n'y en a pas là ou on veut et puis de faire une bordure en sable. Personellement j'en viens lentement à mélanger du sable de partout dans ma terre, ca aére et les limaces n'osent plus venir!

      • Laurent :

        ça marche tant qu'il fait sec. Dès qu'il pleut c'est foutu. En tous cas chez moi.

        • hehe, c'est sur que si il pleut tout le temps elles iront de partout de toute façon... Ce que je fais dans ces cas, c'est à la main.. aller les chercher et les placer quelques dizaines de mètres plus loin. En général ce que je remarque c'est que c'est toujours les mêmes limaces qui retournent sur la même plante, j'attends qu'elles soient sur la plante et je les déplace gentillement beaucoup plus loin. Ce que j'ai remarqué c'est qu'elles ont tendance à massacrer quelques plants, j'ai l'impressio nqu'une fois que la plante est mal en poitn les limaces terminent le travail pour la manger complètement, donc je laisse ces plantes (qui ne donnerotn jamais rien) juste poru qu'elles continuent à manger celles-là. Ca m'a l'air de bien marcher..

          • bonsoir, pour les limaces il y a une plantes qui marche très bien, mais peut être faut-il la faire pousser plus tôt a la maison pour qu'elle agisse au plus tôt du printemps..c'est la bourrache! j'étais envahis de limaces, maintenant je suis envahie de bourrache et plus de limaces....enfin quand la bourrache est suffisamment grande! les limaces n'aiment pas son odeur...j'ai entendu parler du consoude qui l'éloignait aussi...

  17. A Françoise : pour combattre les limaces et autres dévoreurs de semis , je n'ai trouvé que l'usage des granulés sans danger pour les animaux domestiques...Est-ce un péché ??

  18. Jean francois :

    Bonjour, est il utile, futil ou déconseillé de disperser des cendres de feu de bois dans le potager?
    J.avais entendu dire que cela avait un effet bénéfique pour l'enrichissement de la terre.
    Merci de votre réponse.
    Jean francois

    • Laurent :

      Ca contient de la potasse, donc ça peut être bénéfique.
      Mais à trop grosses doses, ça étouffe le sol et les micro-organismes.
      On dit que ça éloigne les limaces, mais on a testé et ça ne marche que vaguement (et encore, seulement jusqu'à la première pluie).

  19. Tout à fait de l'avis de Laurent,en précisant que les bois doivent être , ni traités , ni peints !...

  20. Michael :

    Bonsoir

    Cela fait dix ans que je jardines avec les méthodes bio ( grelinette, engrais vert ) et cette année suite à l'achat d'un broyeur,j'ai utilisé la méthode " sol vivant".
    J'ai mis des cartons sur des zones non cultivées, de la paille et du brf ainssi que de la tonte afin d'apporter de l'azote. Le bilan de cette année est négatif car malgré l'apport de gazon, j'ai eu une faim d'azote. Mais ce n'est pas ce qui me chagrine. C'est surtout que je n'ai aucun haricots suite à la mouche des semis, hors cette larve ADORE les matières organiques.
    Je serais curieux de connaitre votre expérience avec les semis de haricots sur sol couvert ;-)

    Bonne soirée

    • Nicolas :

      Bonjour Michael,
      Quand je sème des haricots en pleine terre, ils ne lèvent pas toujours. J'ai l'impression qu'une bestiole boulotte les graines sous la terre.
      Alors pour assurer le coup, je sème le même jour la même quantité de graines dans des godets. Et je repique au bout de 2 semaines si nécessaire.
      Nicolas

      • Laurent :

        Bonjour Nicolas

        Donc, si j’ai bien compris, le tas de compost sert lui plutôt à être mélangé à la terre lors des plantations ?
        Le compostage en surface est destiné à nourrir directement la terre ?
        Après avoir récolté les tomates vous conseillez donc de découper les tiges et de les laisser à même le sol, directement sur le paillage déjà en place ?
        Les racines doivent-elles rester dans le sol ?
        Par avance merci bien

        • Nicolas :

          Bonjour Laurent,
          C'est exactement ça. Comme dans un potager familial la quantité de compost produite n'est pas énorme, je le réserve pour la plantation des légumes gourmands. Les années où j'en ai une plus grande quantité, je le mélange à faible profondeur à la terre au début du printemps.
          Bonne journée,
          Nicolas

  21. Danielle :

    Bonjour Nicolas ,
    Je souhaiterai savoir si les centaines de pommes qui tombent de mes pommiers peuvent-être compostées.
    Ce sont de très vieux pommiers non entretenus ( et, impossible vu leur hauteur !!!) et tous les fruits sont verreux et/ou tachés de plein de ronds noirs.
    Merci d'avance pour votre réponse.
    Bonne soirée.

    • Bien sûr qu'elles peuvent être compostées !
      A mélanger avec une quantité équivalente de déchets végétaux "bruns" pour avoir un compost équilibré.
      Des feuilles mortes ou des herbes sèches conviendront bien.
      Nicolas

      • dominique :

        Pour ma part je dispose les pommes (de saveur mediocre) directement sur le sol autour des légumes fraichement repiqués (choux,poireaux etc...),cela evite qu'ils soient "dérangés"par les merles et autres étourneaux qui viennent picorer précisément à l'endroit de l'arrosage du repiquage.

  22. Bonjour,
    Vous indiquez que la plupart des maladies ne survivent pas à la décomposition. Est-ce valable pour l'oïdium qui a touché mes courgettes?
    Merci beaucoup.

    • Oui vous pouvez composter sans crainte du feuillage atteint d'oïdium. Cette maladie ne survit pas pendant l'hiver.

  23. Bonjour,
    Depuis un an, j'ai abandonné les engrais et la manière de "retourner" la terre. Je me suis acheté une fourche bêche et je décompacte seulement la terre. J'utilise aussi mon compost. Je trouve très intéressant le principe de laisser les "déchets" sur la terre afin qu'ils se décomposent naturellement. Je vais utiliser cette méthode dès maintenant !
    Cordialement.
    Jean

  24. Le compostage:
    est-il-vrai qu’on ne peut pas mettre: épluchure d’orange, citron, d’agrumes (à cause du traitement de ces fruits)
    ainsi que les déchets d’oignon et ail (effet antiseptique-ou-fongicide qui détruirait les vers de terre)
    Y a-t-il d'autres choses à éviter ?
    Peut-on mettre du vieux pain - parfois verdi ?
    Bonne journée

    • Dans ce cas là, il ne faudrait mettre ni épluchures de pommes (traitées 12 fois dans l'année pour les non-bio), ni restes de raisins (20 traitements par an) etcaetera...
      Pour ma part, je mets les épluchures d'agrumes et elles se décomposent comme le reste, de même pour toute la famille des oignons (dont les poireaux font également partie).
      Pas de souci pour le vieux pain non plus.
      Par contre j'ai remarqué que les épluchures de pommes de terre se décomposent très lentement, et que les pommes de terre abîmées ne se décomposent pas mais germent au printemps !
      Bonne journée,
      Nicolas

  25. Désolée mais je mange toutes les fanes !
    Les "mauvaises herbes" aussi .... ;-)
    Article intéressant, merci

  26. Bonjour,
    Très intéressant cet article. Je devrais dire ce blog car il est une mine d'informations. Une question tout de même : est-ce que l'on peut mettre de la litière de chat (usagée) sur le sol et/ou dans un compost ?

    Merci pour vos réponses.

  27. Catherine :

    Bonjour,
    Je suis trop contente d'être "tombée" sur cet article car cette année, par intuition, j'ai recouvert mon potager de mes épluchures de fruits et légumes (et je peux vous dire que j'en ai car je suis frugivore, c'est à dire 80 % de fruits crus et 20 % de légumes crus) mais je me suis demandée si je faisais bien... d'où l'idée de faire une recherche.
    Un grand merci ✿♥

  28. Coucou, je suis nouvelle en tout et en jardinage et sur ce blog mais je suis tres motivee pour les 2...

    Question je vais semer des fleurs dans mon jardin variees pourrais m en servir pour le compost ?

    Merci pour vos reponses et nicolas bravo !

    • Bonjour Rose et bienvenue ici ! Vous avez un prénom prédestiné !
      Les fleurs fanées, comme la grande majorité des déchets végétaux, vont bien au compost si ce sont des fleurs qui ont poussé dans un jardin.
      Il vaut mieux éviter les fleurs des fleuristes car elles contiennent des produits chimiques comme des colorants ou des engrais.
      Bonne journée,
      Nicolas

  29. Super.... J ai in gros sac d ecorces de pin inutilise puis je m en servir sur ma lasagne commencee il y a peu ?

    • Non, il vaut mieux éviter tout ce qui provient d'arbres résineux, car cela aurait tendance à acidifier le sol.
      Nicolas

  30. Bonjour. J'ai placé cet hiver du fumier et des feuilles sur ma terre. Le tout recouvert de cartons et pierres pour tout maintenir. Suis en Bretagne, et beaucoup de vent. Surtout cet hiver!!! Au printemps, que dois-je faire: tout retirer et mettre dans composteur ou laisser au sol en faisant seulement de la place pour les plantations de légumes.
    De plus, j'ai beaucoup de champignons en forme de corolles qui y ont poussé. (couleur ± crème, sans pieds visibles). Est-ce bon ou mauvais signe? Il pleut énormément depuis plusieurs mois.
    Merci pour votre aide...

    • Re-bonjour Ann(e),

      Pas de souci pour les champignons, ils vont se décomposer et enrichir le mulch de feuilles.

      Au printemps, tu peux laisser les feuilles sur le sol.
      Avantages : ce mulch va enrichir la terre et protéger le sol.
      Inconvénients : 1) difficile de faire des semis, il faudra enlever les feuilles mortes, 2) au printemps un sol couvert se réchauffe moins vite sous l'action du soleil.

      P.S. Les feuilles mortes font un excellent compost à condition de les mélanger avec de la matière verte (tontes de pelouse, orties).

      Nicolas

  31. bonjour nicolas,
    dans mon potager j'ais mis sur toute la surface du brf,que j'ais récupéré d'un paysagiste + le bois que je passe au broyeur.
    Faut il l'enlever pour les plantations ou planter en l'écartant et mettre du compost au pied de la plante(de la tomate par exemple)
    il y en as a peu près 5cm d'épaisseur

  32. Bonjour Nicolas,

    Comme je n'étais pas tout à fait convaincue par le système de lasagne pour usage immédiat -vu qu'à mon avis cela prend des années- le mulching me semble une bonne alternative que j'appliquerai! Le souci dans mon jardin est que la terre est fort sèche (exposition plein sud et quelques arbres, buissons et haies) et lourde. Le mulching pourrait l'aérer.

    Petite question: si je veux un potager bio, puis-je y jeter des déchets de cuisine de légumes que je n'aurais pas cultivé moi-même et qui ne sont pas bio? Ou est-ce que les éventuel pesticides pourraient se retrouver dans mon sol?

    Merci d'avance!

  33. Nicolas,

    J'ai encore une question: j'étais étonnée de lire qu'on pouvait mettre des orties comme déchet pour le mulching. Est-ce que les orties ne peuvent se propager en repoussant ensuite là où on les a déposées?

  34. Pascal :

    Bonjour, j'ai décidé de faire du jardinage mais suis novice, ma question est la suivante j'ai tasse la tonte de ma pelouse maintenant c'est du composte, ma serre la terre est sèche vous pensez que je peux faire un mélange pour enrichir le sol de ma serre merci d'avance Pascal R. Pas une personne m'a dit que la tonte de la pelouse compostée est acide dons pas conseillé

    • Nicolas :

      Oui vous pouvez tout a fait utiliser des tontes de pelouses au compost.
      Elles ne sont pas du tout acides mais riches en azote, ce qu'il faut équilibrer avec des feuilles mortes.
      Nicolas

  35. Bonjour,

    il est dit que certaines cultures de légumes se marient bien ensemble (carottes et petits pois je crois ).
    Du coup, pour le compost faut il essaye de faire de même? planter des carottes a un endroit ou on dépose nos cosses de petits pois?
    merci

    • Nicolas :

      Bonjour,
      Non je ne crois pas que cela fonctionne (mais ça vaudrait le coup que des scientifiques se penchent sur la question).
      Les associations de légumes se font entre légumes vivants.
      Pour associer avec les carottes, c'est plutôt la famille des oignons qui va bien (échamote, poireau, oignon, ail).
      Bonne journée,
      Nicolas

  36. Chabine :

    C'est ce que je fais. J'arrache les plantes indésirables et les mets au sol mais je n'ose jamais laisser la prêle, les pissenlits, les chardons et les orties qui envahissent le terrain dont je m'occupe. J'ai toujours peur que les racines repartent ou que les fleurs de pissenlits se dispersent au sol. Du coup, je jette chardons et pissenlits dans un bosquet plus loin et je mets la prêle et l'ortie dans un seau pour en faire du purin.
    J'ai deux questions :
    -l'une des plantes citées peut-elle être laissée au sol sans risque sérieux de revenir ?
    -Savez-vous si la prêle et l'ortie peuvent encore faire du purin si je ne les mets dans l'eau qu'après dix jours environ ?

    • Nicolas :

      Il faut se méfier des orties. Elles ont des racines qui drageonnent et qui deviennent assez envahissantes.
      Pour le reste, je ne sais pas, peut-être qu'un autre lecteur pourra nous éclairer ?

    • Oui, tu peux faire du purin avec des plantes sèches

  37. Bonjour!
    Merci pour votre explication sur cette technique prometteuse.
    Depuis plusieurs mois, je garde toutes les herbes médicinales qui me servent à faire des infusions (j'en bois pas mal), et également un peu de marc de café. Est-ce que je peux utiliser ce mélange d'herbes séchées pour pailler mes cultures (j'ai un potager sur mon balcon)? Est-ce que je ne risque pas d'acidifier mon sol en faisant cela? Ou alors avec quoi faudrait-il mélanger ces herbes?

  38. Jean-Claude :

    Je lis avec intérêt vos articles et ai commandé votre livre numérique sur le mildiou (que j'ai reçu en quelques minutes).
    Juste une petite question, comment découpez-vous les végétaux pour les paillis quand on en a une grande quantité (fèves, haricots ...) ?

    • Le plus pratique que j'ai trouvé, c'est d'utiliser une cisaille à haie (manuelle).
      (Ça ressemble à une paire de ciseaux géants)

  39. Periat Dominique :

    Bonjour Nicolas,
    Il me semblait que partout ou il,y a des tomates , il n'y a pas de ver de terre.
    J'ai 3 carrés et des tomates sur deux de ces carrés, pas te vermicules!
    Par contre le troisième en est plein.
    Bon dimanche.

  40. Hello et merci pour ce rappel.
    J'ai une question concernant les fientes du poulailler mélangées à de la paille: si je les mets sur les planches de culture (10cm) , combien de temps je devrais attendre? C'est la première année que je fais ça, je les ai mises en juillet, et à l'odeur, ça ne sent déjà plus pareil, odeur de champignon, un peu....
    Merci de vos conseils, je crains de cramer mes plantes alors je demande d'abord :-)

    • Tes craintes sont justifiées !
      Les fientes de poules (comme le fumier frais) sont trop concentrées pour être mises directement sur la terre.
      Il faut prévoir un détour par le bac à compost pendant quelques mois, mélangés à d'autres déchets végétaux.

  41. Bonjour Nicolas,
    Avant l'hiver précédent, j'ai recouvert tout le sol nu du jardin d'une bonne couche de gazon. J'ai quand même labouré.
    Cette année, je dois reconnaître que mes légumes sont magnifiques.
    Aussi, je recommence cette année mais au printemps, je ne labourerai pas. Je pense que ce sera possible.
    J'ajoute que j'ai fait, près du composteur, un gros tas de marc de café depuis quelques mois. J'y ai mis la main la semaine dernière : ça grouille de vers de fumier (petits vers rouge. Ils sont tout emmêlés. Magnifique! Il y en a plus que dans le compost.
    Merci, Nicolas, pour ce bel article.
    Yvon.

  42. Roger

    Merci pour tous vos conseils depuis que je vous lis je vois une grande différence dans mon potager

  43. Dominique :

    Merci; cet article m'a précisé les choses (pour cultiver en écartant le compost) et donné des idées. Chouette, je vais bien préparer mon terrain cet hiver!

  44. très bon article pour me faire rappeler ce que je dois faire dans mon jardin !

  45. bonjour, j'aime beaucoup vos commentaires et vos conseils - je ne suis pas inscrite sur Facebook car je méfie de "ce truc" comme du mildiou ! je fais du compostage de surface depuis 2 ans, d'abord par paresse, ça me paraissait si pratique; pour éviter le mildiou, j'ai un ami français qui m'a donné "son truc" il prétend ne jamais avoir le mildiou sans autre procédé; il enfonce un fil de cuivre dans le bas de la tige principale bonne journée

  46. j'ai omis de dire que je parlais des TOMATES et du mildiou

  47. j'ai un petit potager ... donc, suivant tes conseils, carton, gazon, dechets ménagers etc... et fumier de cheval à la fin de l'automne..... l'an dernier, début d'hiver, pour éviter les mauvaises herbes, j'ai recouvert d'une bache ce petit terrain.....très belle recolte cette année, pas de mildiou, est-ce que je fais bien ???

  48. Bonjour à tous,
    J'ai adopté la grelinette, pour tous les légumes, mais pour les pommes de terre comment procédez vous vu qu'il faut remuer le sol un maximum pour pouvoir les butter.
    J'en suis encore à la fraise pour elles.

  49. je prépare ma seconde butte dans le même esprit que la première, mais il faut savoir que j'avais recouvert la 1ére de 20 cm de paille et cela a fondu trés rapidement, a un endroit précis, pied de courgette, j'ai placé le volume d'une petite poubelle de compostage légèrement étalé, tout a été digéré par le sol en 2 semaines a peine, c'est stupéfiant !

    la terre a tendance argileuse qui la compose a été émiettée et mélangée a un peu de compost et a du sable de rivière et c'est un plaisir de planter avec 2 doigts, je continue a recouvrir le sol de peu de paille, de feuilles de consoude, de pissenlits et de quelques feuilles mortes, c'est super, mais pour cet hiver je vais semer du seigle et de la vesce, en enlevant tout le couvert dés que l'engrais vert commencera a pousser

    courage a tous, mais cette méthode a le mérite de faire des miracles...

  50. super merci

  51. Merci Nicolas.
    J'ai découvert votre site il n'y a pas si longtemps....je suis devenue une vrai fan.... j'ai un potager depuis des années mais j'ai radicalement changé ma façon de procéder...je désherbe et bêche bcp moins; je paille, j'utilise tous les déchets verts que je pose sur le sol non occupé....les purins d'orties, de consoude....même de romarin très bon aussi pour stimuler la croissance des plantes....
    Grâce à tous vos conseils avisés j'ai eu de très belles réussites potagères.
    Il me reste un gros problème avec les semis que je pratique en caissette dans ma serre....j'ai l'impression que c'est à cause du substrat...j'y ai ajouté des perles de pergulitte et ça va un peu mieux mais les levées restent irrégulières et stagnent à un moment donné...
    Continuez à nous distiller vos conseilles et votre enthousiasme, j'adore !!!
    Je suis "nordiste" et c'est quand vous voulez pour la pluie...

  52. corinne

    bonjour Nicolas

    je vais bientôt retirer les derniers pieds de tomates, aubergines et poivrons de la serre; quelle couverture du sol utiliser et que faire lorsque l'on a eu le mildiou ? peut-on "désinfecter" la serre et avec quoi car je crains que ce maudit champignon ne s'y installe; merci pour la réponse et pour ces articles;
    pour ce qui est du compostage frais, je le pratique depuis longtemps en laissant tous les déchets des légumes récoltés au fur et à mesure et les adventices que je laisse sécher dans les allées; j'ai péché plein de bonnes idées pour enrichir le sol, c'est super

  53. bonjour Nicolas,

    j'utilise cette technique depuis quelques années mais je suis envahi par du liseron qui pousse toujours en quantité importante. y-a-t-il une astuce?

    • Contre le liseron, la seule "astuce" que je connaisse, c'est l'huile de coude !

    • Personnellement, je me suis débarrassée du liseron sur une de mes parcelles en y "installant" des pommes de terre sur carton et sous paille (plus de lumière = plus de photosynthèse). A la fin de la récolte des pommes de terre (très faciles à ramasser...), les mauvaises herbes avaient disparues en surface et ça a été un jeu d'enfant de finir d'enlever les racines avec la grelinette.
      Autre méthode : semer des engrais vert qui vont prendre la place du liseron, qui semble pousser là où il est libre de le faire...

  54. comme j'aime votre blog,
    je me suis abonnée pour commencer un potager
    helas j'ai pas encore commencer, raison ? probleme d'epaule,
    la poisse
    et puis ma terre qui est pas belle
    je ne sais pas ou commencer le potager
    ni quoi mettre pour debuter
    les fleurs idem, j'ai rien de valable
    pourtant j'ai plein d'idees
    mais je me suis promise de le faire, meme si j'ai du retard ds ma realisation
    en tous les cas j'aime parcourir votre blog et je m y sens comme dans un jardin,

    • Bonjour Julie,
      Je te sens un peu démotivée !
      Voici ce que je ferais si j'étais à ta place :
      1) Commencer petit : quelques mètres carrés (bien ensoleillés) suffisent pour débuter et se faire plaisir.
      2) Préparer la terre à l'automne : comme ça une partie du travail est déjà faite et au printemps il n'y aura qu'à planter.
      3) Acheter des plants, c'est plus facile que faire des semis.
      4) C'est l'expérience qui fait progresser. Il faut commencer et avancer petit à petit.
      Voilà si tu suis ces 4 pas, tu mettras toutes les chances de ton côté pour réussir !
      Tiens-nous au courant !

  55. Je vais appliquer ce mode d'emploi pour recouvrir ma terre argileuse, mais j'ai arraché les haricots avec les racines et apparemment il fallait couper au ras. merci pour tous les conseils.
    J'ai eu quelques tomates mais au retour des vacances j'ai arraché tous les pieds car ils avaient la maladie, car il a beaucoup plu.
    Merci pour tous les conseils

  56. Bonjour Nicolas,
    Ok pour le mulch, ça paraît une bonne idée et nous commençons à la mettre en pratique mais encore des questions:
    -si l'on peut mettre au fur et à mesure sur le sol les fanes fraîches et autres déchets végétaux verts, pourquoi faut-il laisser sécher les déchets de tonte de la pelouse? ils forment pourtant un bon paillis quand il fait chaud et que l'on veut diminuer l'évaporation; la couche (3-4 cm) disparaît très vite.
    -Des tiges de prêles ou d'ortie sur un carré ont-elles les mêmes vertus qu'un purin?
    -faut-il continuer à alimenter un composteur quand même et pourquoi?
    Merci de nous éclairer et bonne continuation

    • Voilà des questions fort pertinentes et qui vont intéresser beaucoup de lecteurs !
      1) Tout est question d'épaisseur. Les tontes ont tendance à s'agglomérer en paquets qui vont entrer en putréfaction. Mais si vous prenez la peine de les émietter à la main, aucun souci avec des tontes fraîches.
      2) Le purin est une préparation fermentée, qui a des propriétés plus puissantes. Mais le mulch des même plantes est quand même bénéfique, à un moindre degré.
      3) Pour la plantation de légumes "gourmands" comme les courgettes, courges, tomates, concombres (bref les légumes à ratatouille), un gros apport de compost est conseillé dans le trou de plantation. D'où l'intérêt de produire son propre compost.
      Voilà j'espère vous avoir éclairé. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas !

      • Merci pour ces précisions pleines de bon sens qui lèvent tous nos doutes.
        C'est vrai qu'une fois expliqué, ça paraît logique...
        Cordialement
        Nicole

  57. Merci je comptee planter justement des plants de tomate mais la terre est plutot argileuse dois je ajouter unappport si oui lequel

    Merci pour la reponse

    • Nicolas :

      Une bonne pelletée de compost (si possible du compost fait maison) dans le trou de plantation !Cela va apporter de l'humus qui va améliorer la structure de votre terre argileuse. Et aussi de la fertilisation bénéfique au pied de tomate.

      Mais je me pose une question : où se trouve votre potager pour vouloir planter des tomates en octobre ???

  58. quel plaisir de recevoir dans ma boite mail vos nouveaux billets, trop bien votre blog,
    bon j'ai toujours pas commencé a faire mon potager, mais je suis en train de visualiser ou, donc resultat des courses, j'ai plusieurs endroits,
    si j y arrive je vous enverrai une photo en partage,
    bon automne a vous,
    julie

  59. excelents conseils avec moins de travail en perspective et plus de resultats; bravo

  60. corinne :

    corinne, Bretagne

    bonjour Nicolas

    nous commençons à préparer le terrain pour cet hiver et vos suggestions sont bien utiles; je regrette seulement de n'avoir eu aucune réponse quant à ce que l'on peut faire pour nourrir la terre d'une serre l'hiver, comment la nettoyer lorsque le mildiou s'y est invité; peut-être connaissez-vous un site s'intéressant à ce sujet, je n'ai jusqu'à présent pas trouvé; merci pour votre réponse

    • Nicolas :

      Tout dépend si l'attaque de mildiou a été sévère ou pas. Si oui, il est conseillé de ne plus cultiver de tomates au même endroit pendant plusieurs années. Je comprends que dans une serre, c'est difficile et que l'on ne peut pas la déplacer !

      Que faire sinon ? Semer maintenant de la moutarde. C'est un engrais vert réputé pour "désinfecter" le sol, mais ce n'est pas prouvé scientifiquement.
      Et l'année prochaine, si vous replantez des tomates au même endroit, il vous faudra suivre les "bonnes pratiques" de culture (par exemple celles que j'explique dans mon livre "Anti-mildiou".
      Et utiliser de la bouillie bordelaise faute de mieux.
      Et bien aérer votre serre pour éviter l'humidité stagnante.
      Voilà avec tout ça vous devriez sortir gagnante contre la maladie.

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :