Démarrer un petit potager durable en permaculture (partie 3)

19 comments on Démarrer un petit potager durable en permaculture (partie 3)

Voici le 3ème article de la série sur la mise en place d'une planche de culture durable. Je vous ai déjà montré la fabrication et le remplissage de la terre.

Maintenant nous sommes au tout début du printemps et la mise en culture approche, mais il reste quelques détails que je voulais vous présenter.

Quoi de mieux qu'une petite vidéo pour cela ? Vous y découvrirez l'état de la terre après l'hiver sous un gros manteau de mulch, la mise en route du vermicomposteur intégré et comment je compte organiser mes cultures sur cette planche.


Dans ma vie de jardinier, j'ai expérimenté pas mal de types de potagers différents, et j'ai gardé le meilleur de chacun, pour concevoir une sorte de "potager idéal".

Par exemple j'ai emprunté la grille du potager en carrés qui sert à délimiter les cases de 30 cm par 30 cm, parce que je la trouve très pédagogique pour débuter. Sauf que pour faire de la permaculture, 30cm c'est trop petit et j'ai donc adapté l'idée en faisant des microparcelles de 60 cm de côté.

La grille se compose de baguettes de bois vissées entre qui servent de délimitation entre les microparcelles de 60 cm par 60 cm
La grille se compose de baguettes de bois vissées entre qui servent de délimitation entre les microparcelles de 60 cm par 60 cm

Dans ces microparcelles, je vais associer un légume principal, un légume complémentaire (pour la protection croisée) ainsi qu'une herbe aromatique, et une fleur (afin de détourner les insectes parasites).

En attendant de lire le prochain article de cette série, vous pouvez relire les deux premiers :


Et si vous avez des questions sur des parties de la vidéo où je serais passé trop vite, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires sous l'article, j'y répondrai avec plaisir.

Tous les dimanches matin, recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n'est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine :

  • un article pratique où je vous apprends une nouvelle technique de culture que vous pourrez appliquer chez vous,
  • ou une vidéo qui vous montre ce qui pousse maintenant dans mon potager (y compris les ratages et les leçons à en tirer).
lm Général

Vous aimerez peut-être lire ces articles :

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

Réponses

Les commentaires :
(les plus récents sont en premier)

  1. Stéphanie

    Merci beaucoup pour cette vidéo, tout semble n’être Qu’une question de bon sens finalement !
    Je vais me lancer!
    Une question : si je monte des planches faut-il fixer un voile à l’intérieur ?
    Bien cordialement
    Stephanie

    1. Nicolas (Toulouse)

      Non surtout pas, il faut que la "connexion" avec la terre reste libre pour que les vers de terre et autres organismes puissent passer. Écentuellement vous pouvez poser du carton marron au fond pour étouffer les herbes la première année. Puis le carton se décomposera.

      Avatar de Nicolas
      1. Stéphanie

        Comme c'est gentil d'avoir pris le temps de me répondre! En revanche, c'était pour des parois latérales que je me posais la question, si je mets du bois à la place de la brique: faut-il un voile pour éviter la putréfaction des planches?...
        merci

        1. Nicolas (Toulouse)

          Les voiles ne sont pas étanches à l'eau donc ça ne servirait à rien.
          Chez moi j'ai juste des simples planches de coffrage et après 6 ans elles commencent à peine à s'abîmer.

          Avatar de Nicolas
          1. Stéphanie

            Merci pour ces précieux conseils!!!
            J’avais aussi peur des traitements de toutes ces planches mais puisque vous en utilisez, me voilà rassurée 😄

  2. FANY

    Bonjour, j'ai essayé un petit potager en alternant comme vous le suggériez : plans de salade, radis, oeillets, et plans tomates .... en ce moment temps pluvieux et très chaud ... beaucoup de limaces, que je ne vois pas, escargots que j'enlève patiemment chaque jour ... et aujourd'hui déception plus de salades toutes mangées ... des radis dont les feuilles sont grignotées .... il me reste les plans de tomates, petits piments et aubergines .... même les oeuilllets sont mangés ... déçue ....

  3. michel

    Bonjour Nicolas.
    Nouveau venu dans votre blog, je découvre vos nombreux conseils aussi pertinents les uns que les autres. J'essaie de suivre une culture la plus raisonnée possible. Hélas parfois, avec des erreurs. Voulant bien faire, j'ai trop arrosé avec du purin d'ortie dilué, un jeune pied de vigne. J'ai certainement brûlé les racines car il est en train de dépérir.Tout est question de dosage.
    Merci pour vos conseils et bonne journée.

  4. Jean-Luc.

    Bonsoir Nicolas.
    Le genre de vidéo agréable à regarder et la découverte dominicale de l'article sur le jardin toute aussi plaisante qu' attendue.
    L'année dernière, j'ai ''sacrifié '' une bande de mon jardin de 16 mètres x 1,5 pour y semer un mélange de fleurs mellifères et pour autres insectes pollinisateurs, fleurs aux noms sortis de je ne sais où, mais dont j'ai ressemé ces jours derniers car ,l'an passé j'ai constaté l'absence presque totale de doryphores dans les pommes de terre.
    Nicolas, est-ce l'effet du hasard ou l'efficacité de ces fleurs ?
    Auparavant,je ramassais des dizaines de ces indésirables bestioles.
    Et toutes ces fleurs, un plaisir d'y voir tous ces insectes.
    Merci Nicolas et bonne semaine.

    1. Nicolas (Toulouse)

      En favorisant la biodiversité, vous avez sans doute permis à un équilibre de se créer, entre les doryphores et leurs prédateurs (carabes, coccinelles, oiseaux).

      Avatar de Nicolas
  5. Pierre

    merci Nicolas
    j'ai aussi débuter dans le lombricompost l'an dernier (avec le livre de J Paul Collaert),j'ai appris que les eisénia raffolaient des peaux de bananes et du carton (surtout boite à oeufs), j'ai essayé et ça marche ; multiplication importante mais il faut vraiment bcp arroser en plus de l'obscurité.
    je récupère le thé de lombricompost pour arroser les semis (je vais attaquer les tomates dans 2 jours avec votre technique).
    je vais' au 1° chaleur' rendre leur liberté à mes eisenias dans mon potager (type lasagne) avez vous de bon conseil pour cela?
    merci encore et à bientot
    Pierre

  6. Eric

    Quand vous parlez de composteur ... j'en ai acquis un tout simple il y a plusieurs années mais la question que je me pose c'est :
    dois-je fermer le couvercle où dois-je laisser le composteur ouvert ?
    car quand il est fermé il y a un certain nombre de petites bêtes qui aiment bien l'obscurité et qui se nourrissent allègrement de tous les déchets végétaux alors que si le couvert reste ouvert, on ne les voit plus ... mais du coup le compost est très sec en-dessous :-(

    1. Nicolas (Toulouse)

      Le couvercle est très utile pour que le compost ne soit pas lessivé par les pluies en hiver et pour qu'il ne dessèche pas en été.
      Les rongeurs seront toujours plus malins que toutes les protections que l'on pourra inventer. Il faut les accepter car ils font partie de l'écosystème.

      Avatar de Nicolas
    2. Raymond

      Bonjour, en matière de compost, je possède une tour, dont j'enlève le couvercle avant les pluies d'été, afin que l'humidité intérieure soit permanente. il faut bien alterner matière sèche et matières vertes. mettre une grille à la base pour empêcher les mulots et autres. Le compost est la mine d'or du jardinier.

  7. Régis

    Bonjour Nicolas,
    Petite combine pour les feuilles de chêne et autres qui ont du mal à se décomposer. Il faut les broyer.
    Un coup de débroussailleuse à fil ou de tondeuse à gazon sur le tas de feuilles et le tour est joué. La même chose avec du foin.
    Pour les feuilles, un récipient (poubelle) c'est bien pour éviter d'en mettre partout.
    Merci pour la vidéo.

  8. eddy

    bonjour Nicola ,je fait mon potager depuis 40ans ,ma terre est arable et plains de verres de terre,je ne bèche plus en hiver je laisse la terre ce reposer ,dans le compostage je met de tous +mare de café et coquilles d'oeufs ceci pendant toute l'année ,au printemps le compost au niveau du sol est bien"terre"que j'étale sur le potager àprès un nettoyage d'herbes sauvages,ma question est mon potager est'il considéré comme permaculture ,je précise que tout est naturel je nutilise aucun produit sauf nature exp:purin d'ortille ect... et j'ai de bonne récoltes en tous genre, je ne consomme que mes légumes récoltées tout au long de l'année ,merci

    1. Nicolas (Toulouse)

      Ce que vous faites va tout à fait dans le sens de la permaculture. Si tout est bien pour vous, ne changez rien à votre manière de faire.
      La permaculture met en relation de nombreux sujets comme l'habitat, l'agriculture, l'eau, l'énergie du soleil.

      Avatar de Nicolas
  9. Yvon

    Merci Nicolas. Excellent article!
    Si je puis me permettre, le marc de café est très bon, en mélange, pour démarrer un lombricomposteur. L'eseinia fétida en raffole.
    Amicalement!
    Yvon.

  10. Jean-Michel

    Chouette vidéo très didactique ! Ne fait-il pas encore un peu frais pour les vers du vermicompost ?

    1. Nicolas (Toulouse)

      Oui surtout avec la vague de froid qui revient ! Si besoin j'irai en chercher quelques-uns au fond de mon composteur quand il fera meilleur.

      Avatar de Nicolas

Recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n'est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine un article ou une vidéo que vous recevrez le dimanche matin.

lm Général


Bonjour, je m’appelle Nicolas

Ma photo timbre carrée

Si vous voulez en savoir plus sur mon potager, cliquez ici pour lire mon histoire…