Démarrer un petit potager durable en permaculture (partie 2)

201 comments on Démarrer un petit potager durable en permaculture (partie 2)

Cet article est le 2ème d'une série qui en compte… cinq pour le moment !

Le premier article de cette série traitait de la construction de notre parcelle de potager. Nous avons choisi l'emplacement, nous avons décaissé la couche de terre végétale (parce que c'était nécessaire) et nous avons mis un cadre autour de ce rectangle. C'est indispensable pour maintenir en place le mélange de terre qu'il va contenir et éviter de le piétiner.

Nous allons maintenant remplir ce potager avec non seulement de la terre, mais beaucoup d'autres matières végétales. Le but, c'est de créer un sol vivant et presque inépuisable pour y cultiver les futurs légumes.

Le meilleur des buttes sans les inconvénients

Tiré du Manuel de culture sur butte de Richard Wallner
Illustration tirée du Manuel de culture sur butte de Richard Wallner

Avertissement : réfléchissez bien avant de vous lancer dans une butte !

Avec la montée du phénomène de la permaculture, les buttes sont à la mode depuis quelques années, mais elles n'ont pas que des avantages.

Si votre terre est correcte, construire des buttes n'apportera rien au niveau de la culture des légumes. D'autant que cela représente beaucoup de travail !

Pour moi, une butte ne se justifie que dans le cas où la terre est totalement inculte :

- soit elle est gorgée d'eau (on appelle cela une terre hydromorphe),

- soit elle est extrêmement caillouteuse (ce qui est mon cas),

- soit la couche de terre est très mince et la roche-mère affleure.

Voici un article (lire aussi ses nombreux commentaires) qui vous donnera un autre éclairage : Le mythe de la butte de permaculture par Christophe Gatineau

De mon côté, j'ai étudié différentes méthodes de potagers qui viennent du monde entier et pour chacune.

À chaque fois, je vous ai mis un lien vers l'explication la plus claire que j'ai trouvée :

  • La méthode de compostage des broussailles par un pionnier français des années 1970, Jean Pain.
  • Empiler des couches de matières végétales brunes et vertes avec la lasagne de l'américaine Patricia Lanza.
  • Cultiver sur des buttes selon la méthode de l'espagnole Emilia Hazelip (en vidéo).
  • Enterrer des bûches sous le potager avec la Hügelkultur allemande.
  • Une super idée, je trouve : un composteur placé au milieu de la parcelle potagère avec le keyhole garden mis au point en Afrique : c'est le potager en trou de serrure.
  • Une méthode inspirante, mais est-elle vraiment adaptée pour tous les potagers ? C'est la butte sandwich (en vidéo) de l'agronome Robert Morez.

Même si je n'ai pas essayé tous ces types de potagers, j'en ai testé quelques-uns, et avec le retour d'expérience, j'ai gardé ce qu'il y avait de mieux dans chaque système. J'ai éliminé les choses trop compliquées à faire ou les matériaux trop difficiles à trouver. Et je suis arrivé à une solution qui remplit complètement les objectifs que je m'étais fixés :

  • Avoir un potager capable de durer dans le temps, fabriqué à partir de matériaux naturels d'un entretien minimum.
  • Avoir un potager capable de s'adapter aux variations d'eau dans un sens ou dans l'autre (bon drainage et peu sensible à la sécheresse).
  • Avoir un potager capable de s'auto-fertiliser, qui n'a pas besoin de recevoir d'engrais venant de l'extérieur.
  • Avoir un potager capable de protéger les légumes des ravageurs et des maladies, et je vous expliquerai comment dans un prochain article de cette série.

Remplissage du fond avec du bois en décomposition

Les gros morceaux de bois au fond, les petits par-dessus
Les gros morceaux de bois au fond, les petits par-dessus

En premier nous allons remplir la partie creusée du rectangle avec du bois mort. En me baladant autour de chez moi, j'ai trouvé des morceaux allant jusqu'à 10 cm de diamètre pour les plus gros. Ce bois devrait jouer le rôle d'une éponge : au printemps, il va absorber l'excédent d'eau ; et par contre en été, il va garder l'eau en réserve. Pour que cela marche, il faut prendre du bois en cours de décomposition, du bois pourri, quoi !

Mise-à-jour 3 ans plus tard

Enterrer du bois, est-ce que cela c'est révélé être une bonne idée ? Pas sûr : j'ai tourné une vidéo dans laquelle je déterre le bois, vous pouvez la regarder ici.

On peut remplir les interstices avec du broyat ou toute autre matière ligneuse. Pour ma part j'ai mis des brindilles tombées des chênes qui bordent mon terrain.

Une couche de feuilles, de paille ou de foin

Ne pas hésiter à tasser le tout avec les pieds, mais c'est la dernière fois que nous allons piétiner ce potager !
Ne pas hésiter à tasser le tout avec les pieds, mais c'est la dernière fois que nous allons piétiner ce potager !

Puis on recouvre les morceaux de bois avec des matières contenant beaucoup de cellulose, car cela fait intervenir d'autres micro-organismes qui vont travailler pour la fertilité de notre sol.

On peut utiliser des feuilles mortes, du foin, des herbes sèches, de la paille ou même du carton ondulé.

Pour ma part j'ai pris ce que j'avais en abondance sous la main : des feuilles mortes et des herbe sèches s'apparentant à du foin, que j'ai apportées en quantité importante pour former une couche épaisse.

On terminera cette étape par un arrosage copieux.

Un composteur intégré !

Maintenant vous savez pourquoi j'ai mis une planche amovible en bordure du composteur : c'est pour pouvoir retirer le compost par le bas quand il sera arrivé à maturité.
Maintenant vous savez pourquoi j'ai mis une planche amovible en bordure du composteur : c'est pour pouvoir retirer le compost par le bas quand il sera arrivé à maturité.

Vous le savez peut-être, il existe deux types de compostage : le compostage à chaud (difficile à réaliser dans les jardins amateurs car il faut monter un grand tas en une seule fois) et le compostage à froid, effectué par les vers rouges du fumier en présence d'air.

C'est un tel vermicomposteur qui sera installé au sein même du potager, sur le côté nord pour ne pas faire d'ombre aux légumes. Deux effets positifs sont attendus de ce composteur : 1) les limaces se dirigeront plus volontiers vers les déchets de cuisine que vers les légumes en train de pousser. 2) La zone de terre tout autour du grillage sera très fertile et on y fera pousser avec bonheur des tomates, des aubergines ou des concombres.

En pratique, c'est très simple à réaliser : un cylindre de grillage d'une quarantaine de cm de diamètre, maintenu en place par deux fers à bétons plantés dans la terre. À cause des grosses mailles de mon grillage, j'ai dû mettre un carton pour empêcher la terre de tomber à l'intérieur du composteur.

Et en plus, ce grillage pourra servir de tuteur pour attacher certains légumes grimpants.

Une couche de fumier ou de compost

Avec l'ajout de pelouse séchée, ça commence à déborder mais c'est pas grave !
Avec l'ajout de pelouse séchée, ça commence à déborder mais c'est pas grave !

On va maintenant apporter de la matière verte (azotée) au sol de notre potager pour l'équilibrer. C'est aussi le moment de remettre l'herbe de surface mise de côté au tout début.

Quoi d'autre ? Du fumier, des fientes de poules, de l'urine, du compost pas mûr, des tontes de pelouse, des orties…

De mon côté j'ai utilisé le contenu d'un composteur plein de déchets de cuisine mal décomposés, une bonne quantité de tontes de pelouse sèches, et je l'avoue sans honte, un peu d'urine aussi.

Remettre la terre que l'on avait décaissé

On voit à la couleur claire de cette terre qu'elle n'est pas très riche.
On voit à la couleur claire de cette terre qu'elle n'est pas très riche.

Il est temps de terminer le remplissage de notre parcelle potagère en utilisant la terre que nous avions creusée au démarrage. Les pelletées de terre vont former une jolie butte.

Tout le volume de terre ne va pas rentrer et c'est normal. Mais comme la butte va s'affaisser durant les premiers mois, ce sera l'occasion de compléter avec la terre restante et de niveler la surface.

Une "peau" pour protéger la terre

Après quelques mois, sous cette couche de feuilles, je vais découvrir une terre souple et grumeleuse.
Après quelques mois, sous cette couche de feuilles, je vais découvrir une terre souple et grumeleuse.

Vous savez déjà qu'il ne faut jamais laisser la terre à nu dans un potager. Nous allons donc appliquer une dernière couche de finition, en étalant des feuilles mortes ou du foin.

Chez moi j'ai mis des feuilles mortes et des feuilles de ma consoude que j'ai taillée à ras. Sans oublier un filet pour éviter que les feuilles s'envolent avec le vent.

On pourrait mettre aussi du carton ondulé, calé avec quelques grosses pierres. Je déconseille de mettre une bâche car il est important que l'eau de pluie puisse traverser pour humidifier notre potager.

Que va-t-il se passer ensuite ?

Tous les petits travailleurs du sol que sont les bactéries, les champignons, les vers de terre... vont se mettre au boulot pour décomposer le mélange qui a servi à remplir notre potager.

L'idéal, c'est de fabriquer un tel rectangle de potager en automne ou en hiver. Le tout va reposer pendant plusieurs mois et les différentes couches vont se mêler entre elles. Au printemps suivant, il suffira de compenser l'affaissement avec un peu de terre et de semer les premiers légumes.

Si l'on construit ce type de potager au printemps, on aimerait bien sûr l'utiliser tout de suite, eh bien c'est possible ! L'épaisseur de la couche de terre permet de semer ou de planter des légumes sans attendre. Le dessous va se décomposer à son rythme mais il faudra compter avec une baisse du niveau de la terre au cours de la saison de culture.

Il faudra aussi démarrer doucement le vermicomposteur quand le réchauffement printanier sera là, et ce sera le sujet de l'article suivant de cette série.

Et vous, avez-vous déjà essayé la lasagne, la butte, le bois mort ? Qu'en pensez-vous ? Avez-vous eu des résultats positifs ou négatifs ?

Tous les dimanches matin, recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n'est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine :

  • un article pratique où je vous apprends une nouvelle technique de culture que vous pourrez appliquer chez vous,
  • ou une vidéo qui vous montre ce qui pousse maintenant dans mon potager (y compris les ratages et les leçons à en tirer).

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

Réponses

Les commentaires :
(les plus récents sont en premier)

  1. Chloé (Haute vienne)

    Bonjour,
    j'ai un sol bien vivant et beau, j'hésite a faire une butte. Qu'en pensez vous ? Je suis dans le Limousin
    Puis je travailler le sol sans passer par l'étape de la butte ?
    Merci

    1. nicolas

      Bonjour Chloé,
      Ah la mode des buttes n'est pas terminée j'ai l'impression... 😉
      Je voudrais juste rappeler que créer une butte est un travail considérable et ne se justifie que dans certains cas très particuliers :
      - si on n'a pas de sol (roche affleurante),
      - si la terre est totalement inculte (remblai après une construction de maison),
      - si la terre est hydromorphe (la nappe phréatique remonte et le terrain est sous l'eau une partie du temps),
      - si on est handicapé ou que l'on ne peut plus se baisser (le sol sera moins bas).
      Et c'est tout !!!
      Vous dites avoir une belle terre vivante, alors je ne vois pas l'intérêt d'une butte.

      Avatar de nicolas
      1. Chloé

        Un grand merci pour votre réponse rapide !
        J'avoue que je n'en voyais pas l'intérêt non plus mais comme je suis plus que novice et étant donné que je voyais énormément de personne faire des buttes je me posais la question.

        Je vais démarrer sans butte et pourquoi pas surélever plus tard par la suite si mes parents commencent à habiter le terrain !

        Merci 😁

  2. Lucette (Beauce)

    Depuis 6 ans j'ai deux buttes de 50 cm de hauteur une traditionnelle et une en rectangle entouré de planches de bois avec un film plastique pour fondation. Cela fonctionne bien en culture, je n'ai jamais regardé le bois, il suffit pour moi à faire de la hauteur. J'habite en Beauce avec une terre très lourde et la butte en rectangle s'est compactée par manque de retournement de l'argile en dessous, ce qui me donne des liserons, normal le liseron indique des sols compacts. La butte traditionnelle qui s'affaisse, dont je refais tous les ans les côtés bien que je ne retourne pas le milieu n'a pas de liserons. Pour moi c'est le seul inconvénient en terre lourde.

    1. Elsa

      Bonjour Lucette, je suis aussi en Beauce et effectivement le liseron s’en donne à cœur joie ici ! Je n’ai pas bien compris pourquoi votre butte en rectangle a plus de liseron que dans la traditionnelle ? Pourriez vous m’expliquer ? Pour ma part j’ai fait une parcelle en permaculture en commençant par mettre du carton (sans impressions) et sans creuser. Ensuite j’ai mis les grosses branches, les petites branches, etc… j’ai beaucoup moins de liseron sur cette parcelles que sur les autres. Je vais donc essayer de continuer sur les autres ce même principe. Bonne continuation.

  3. Stephanie previtali

    Merci pour vos explications claires et détaillées. Ma terre est caillouteuse donc je vais suivre vis prérogatives. Je peux le commencer maintenant ?

  4. Franck

    Bonjour

    Super vos explications, je viens d'acquérir d'un petit jardin dans ma commune et j'aimerais commencer la permaculture a la rentrée.Grace a vos explications j'y vois un peu plus clair !

  5. munoz

    super, merci pour tous vos conseils.
    je me lance demain après midi pour mettre en place mon rectangle avec des planches.
    j'espère que ce n'est pas trop tard...
    bonne soirée

  6. Laurence

    Merci de votre partage , j ai commencé mon potager par des carrés remplis de brf, super les deux premières années , mais des « campagnols «  se sont installés partout , et ravagent tout .... comment s en débarrasser ?

    1. nicolas

      Bonjour Laurence,
      Voulez-vous parler du campagnol terrestre, appelé aussi rat taupier, qui est assez gros et fait de gros dégâts ?
      Ou bien des petits mulots qui font beaucoup de galeries mais peu de dommages aux légumes ?

      Avatar de nicolas
      1. Laurence

        ce sont des mulots , mais qui mangent tout ... les pommes de terre , les racines de tous les légumes

        1. nicolas

          Dans le cas de gros dégâts comme cela, je vois 2 solutions : soit mettre du grillage très fin au fond de chacune de vos plates-bandes (gros boulot car il faut enlever la terre puis la remettre).
          Soit les piéger. Voici une vidéo qui montre un piège qui ne les tue pas. À vous de décider ensuite si vous allez les jeter plus loin dans la nature ou les occire.
          https://youtu.be/0ZdJq8ivbMQ

          Avatar de nicolas
          1. Lucette (Beauce)

            En piège je mets des petites nasses avec un curly cacahuète , ce qu'on sert en apéro. Ils adorent cela. Ensuite je prends mes nasses et les relâchent à quelques km plus loin.

  7. FRANÇOIS

    Bonjour Nicolas
    Je suis content de vos partagés depuis un an déjà et très satisfait des résultats obtenus.
    J'ai un jardin familial ouvrier comme ça s'appelait à l'époque sur la région Alsace Strasbourg avec des règles stricts à respecter dans le règlement des jardins.
    Je suis responsable d'un lotissement et je désire savoir si je peux communiquer votre chaîne à mes membres de mon lotissement afin de partager avec vous leur méconnaissance de l'entretien de leur potager.Car en tant que responsable j'en vois qui font n'importe quoi.
    Si vous avez un lien à me faire parvenir afin de le transmettre à nos membres.
    Merci
    Cordialement

  8. Laurence R

    Je bois du petit lait en lisant les articles!!!
    Je serais propriétaire d'un jardin en juillet. Je suis au niveau grand débutant malgré mon âge et je me prépare mentalement à ce qui va m'occuper à l'automne dans le jardin...c'est à dire tout est à faire, je dispose de 400m2 où ne sont installés que des haies de thuyas (de chaque côté et bien larges...beurkkkk) et une cabane à outils.
    Donc je m'inspire de tout ce matériel passionnant que vous m'apportez.
    Merci beaucoup de ces partages d'expériences.
    J'en suis donc au stade de la frustration, du rêve et aux plans du jardin entre l'installation du poulailler, du potager et du jardin d'agrément
    Et je suis bien consciente que Paris ne s'est pas fait en un jour........;-)
    Merci encore et belle journée au jardin
    Locoquelicot

  9. Carole

    Merci pour cette description et ces illustrations pas à pas. Nous venons de planter nos semis de légumes avant de construire le potager donc nous n'attendrons pas l'automne pour le faire.
    Nous vous tiendrons au courant des résultats.

  10. Sarah

    J’adore l’idée du vermicomposteur.
    Vos explications sont simples à suivre. Super, merci

  11. Olivier

    Bonjour,
    Je réside dans le Sud-est Asiatique et je désirerais savoir, combien de centimètres d'épaisseur pour les différentes couches ?
    J'ai un sol sableux.
    Merci d'avance et excellente journée.

    1. nicolas

      Bonjour Olivier,
      On travaille avec le vivant, donc il n'y a pas de règles pré-établies. L'épaisseur des couches va dépendre de la quantité de matière que l'on a à disposition, de la hauteur totale que l'on souhaite atteindre, et aussi du travail que l'on est prêt à fournir !

      Avatar de nicolas
  12. ROLAND le Farfadet

    Bonjour cher Nicolas, bon dimanche !

    Pas de chance cette année avec les tomates !
    Il y avait des fleurs mais sont tombées, ce n'est que très tard que des tomates se sont formées je viens de les ramasser encore vertes que je garde sur un plateau dans la cuisine.
    Maintenant j'aurais besoin de vos lumières pour obtenir des plants à partie d'une petite serre de 1M20X0,5 que je viens de bricoler. Puis je mettre des branchettes broyées sur le sol ? (comme ici indiqué ?) et plus .......

  13. Marie

    Bonjour
    j'ai commence un carre en bois de 1.50X2 M je l'ai garni d'un film noir épais en plastique...j'ai commencé à le remplir mais dois je faire quelques trous au travers du plastique pour laisser s'écouler l'eau ????

    1. nicolas

      Bonjour Marie,
      Pour moi, la bâche n'a pas d'intérêt car elle va empêcher les échanges entre la faune qui vit dans le sol (vers de terre, etc...) et la terre de votre bac.
      Ces échanges sont importants si veut avoir un potager au naturel.

      Avatar de nicolas
  14. christine

    Bonjour,
    j'ai réalisé l'an passé un carré de 3m sur 1.2 en entassant bois mort,cartons,pelouse, fumier, feuilles...
    j'ai eu de très belles tomates tout l'été; maintenant le niveau de mon bac a baissé de 20 cm; que dois je mettre pour le remettre a niveau ( j'ai du fumier, compost, pelouse, foin , feuilles...) mais je ne sais pas dans quel ordre.
    merci pour votre réponse et conseils toujours judicieux

    1. nicolas

      Bonjour Christine,
      L'ordre n'a pas vraiment d'importance, du moment que toutes ces matières ne sont pas enfouies sous la terre (où elles commenceraient à fermenter par manque d'air).
      Vous l'avez compris, pour que la décomposition soit faite de manière efficace, il faut que l'air puisse circuler. Donc le mieux c'est sans doute de mettre en premier les matières les plus sèches et grossières et de terminer par les matières les plus humides et fraîches.

      Avatar de nicolas
  15. Jean Pierre

    Bonjour

    Très intéressant.
    J'ai commencé à creuser aujourd'hui.
    Peut on mettre également de la cendre en plus des feuilles et du reste.
    Merci

    1. nicolas

      Bonjour Jean-Pierre,
      Oui on peut en apporter avec modération (une poignée par m2). Par contre comme la cendre contient du calcium, il ne faut pas en mettre si le sol est déjà calcaire.

      Avatar de nicolas
      1. Jean pierre

        Bonjour
        Merci pour votre réponse.
        Et de la sciure ?

        1. nicolas

          Pourquoi pas, elle pourrait servir à combler les interstices entre les rondins.

          Avatar de nicolas
  16. Sébastien

    Salut
    Merci à toi pour tout les conseils. Je vais commencer cette semaine à préparer mon terrain. Je ne savais pas comment faire . Donc merci et hâte d' avoir de nouveau conseil

  17. Nenenne

    bonjour Nicolas,
    Très intéressant tes articles !
    J'ai fait un caisson (heu mon petit-fils) comme tu montres mais moi je l'ai fait en hauteur avec des palettes car j'ai des difficultés à m'abaisser. Penses-tu que cela fonctionnera aussi?

  18. yannick

    je n ai pas décaisser, sol trop dur ,manque d eau sur mon carré , j ai mis de branches mortes des feuilles morte etc.. + tout les déchet qui vont au compost je pense que décaisser pour moi n est pas utile c est du travail en plus , je laisse la nature faire le reste, en verra

  19. Joël

    Votre article donne envie de se lancer dans la permaculture. Merci et félicitations!
    Si vous pouvez m'éclairer, vos réponses me seraient bien utiles.
    1 couche: peut-on combler le vide des branches avec des aiguilles de pin sèches?
    2 couche: le carton doit-il être coupé en petits morceaux?
    3 couche: peut-on incomporer du fumier de cheval?
    Autres questions: hauteur des différentes couches?
    Je suppose que le compost mûr et peut être l'engrais organique bio sont pour le prochain article.

Recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n'est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine un article ou une vidéo que vous recevrez le dimanche matin.

Bonjour, je m’appelle Nicolas

Si vous voulez en savoir plus sur mon potager, cliquez ici pour lire mon histoire…