Mon palmarès des tomates 2018

103 comments on Mon palmarès des tomates 2018

Tomate Rose de Berne qui pousse sans que je la taille et dans un support en forme de cage grillagée

Comme chaque année, voici un compte-rendu détaillé sur les tomates que j’ai cultivées cette année.

Je vous rappelle que mon potager n’est pas très grand (50 m2). Je ne peux donc y mettre qu’une vingtaine de pieds de tomates si je veux avoir de la place pour d’autres légumes.

Au niveau du climat

Chez moi à Toulouse, le printemps a été anormalement frais et pluvieux jusqu’à la fin du mois de mai. Par exemple le 14 mai, j’ai relevé une température maximale de 8°C seulement !

Au même moment, la moitié nord de la France et la Belgique vécurent un printemps très chaud et sec. Au moins cette inversion du climat nous a permis une chose : c’est de nous rendre compte les uns les autres ce que vivent habituellement les jardiniers de l’autre bout.

L’été a été extrêmement sec ici, quasiment aucune goutte de pluie durant 3 mois, de juillet à septembre inclus. Le paillage épais de mon potager et l’arrosage au goutte-à-goutte ont permis de garder la terre humide.

J’ai noté la grande importance de pailler tôt dans la saison, lorsque la terre est encore gorgée de l’eau venant des pluies du printemps. En effet sur une partie de mon potager, j’ai tardé à pailler, pour le faire en juin sur un sol sec, et même avec le goutte-à-goutte, les légumes ont souffert d’un manque d’eau.

Au niveau des dates

Un plant de tomates bien vigoureux. Les racines très nombreuses occupent tout le volume de la bouteille
Un plant de tomates bien vigoureux. Les racines très nombreuses occupent tout le volume de la bouteille

Je fais moi-même tous mes semis de tomates, ce qui me permet de choisir des variétés avec différentes grosseurs de fruits, avec différentes couleurs et bien sûr, le plus important pour moi : avec le meilleur goût !

Comme je vous l’ai déjà dit souvent, au printemps, rien ne sert de semer trop tôt et comme d’habitude j’ai fait mon semis à la mi-mars en utilisant la technique de la bouteille que j’ai mise au point.

Sauf cette année où le climat nous a joué des tours : j’aurais été bien inspiré de semer quinze jours plus tard, alors que les nordistes auraient pu semer début mars avec la chaleur qu’ils ont eue.

J’ai semé une douzaine de variétés différentes, des valeurs sûres que je reprends chaque année comme la Rose de Berne, la Green Zebra, la Fournaise F1 (la seule hybride que j’ai), la Valencia, la Black Prince et la Malakhitovaya.

Et aussi des variétés que j’ai envie d’essayer parce qu’on me les a recommandées ou parce qu’elles ont l’air particulièrement appétissantes. J’en parlerai en détails plus bas.

La première récolte a été tardive eu égard au printemps pourri : le 7 juillet seulement, puis les différentes variétés ont mûri les unes après les autres.

Mais en août les températures ont été tellement hautes, 32°C en moyenne, que les pieds de tomates se sont mis en “mode survie” : enroulement des feuilles, arrêt de la croissance des tiges, et surtout blocage du mûrissement des fruits. C’est pour cette raison que les tomates sont restées vertes aussi longtemps.

Il faut savoir que les conditions idéales pour la tomate, c’est une alternance températures à 25°C la journée et à 15°C la nuit.

Au niveau des ravageurs

Le ragondin, charmant animal qui a emprunté ses dents de devant à un castor et sa queue à un rat
Le ragondin, charmant animal qui a emprunté ses dents de devant à un castor et sa queue à un rat
photo BFS Man

La dernière récolte de tomates a malheureusement été écourtée par des visiteurs indésirables avec qui j’avais déjà fait connaissance au printemps : les ragondins (imaginez un gros rat qui peut atteindre la taille d’un chat adulte, sans compter la queue longue et fine, dépourvue de poils).

C’est fou ce que ces bêtes peuvent faire pour trouver de la nourriture. Quand une tomate bien mûre était perchée à 1m50 de haut, ils arrivaient à la ramener à terre en saccageant la tige principale.

Donc fin août ce fut la fin des tomates, ce qui m’a laissé du temps pour installer un grillage solide le long du fossé qui jouxte mon terrain.

Aucun de mes plants n’a souffert du mildiou, et globalement ce fut une bonne année dans toute la France, la maladie ayant peu sévit grâce à la rareté des pluies.

 

Punaise ! Mes tomates sont piquées par des punaises (la noire est une jeune et la verte est adulte)
Punaise ! Mes tomates sont piquées par des punaises (la noire est une jeune et la verte est adulte)

Du coup c’est un autre ravageur qui a profité du temps chaud pour se développer : je veux parler de la punaise verte et vous avez été nombreux à vous en plaindre.

Cet insecte fait des piqûres microscopiques dans les tomates pour s’en nourrir, injectant au même moment une substance qui provoque un durcissement des tissus, ce qui donne des tomates bonnes à jeter.

J’ai fait mes recherches et les nouvelles ne sont pas bonnes : aucune plante odorante ne la repousserait, à part peut-être la tanaisie ou la sauge sclarée à essayer, mais comme ce sont des vivaces, elles ne sont pas faciles à intégrer dans les planches de culture.

Je n’utilise plus aucun produit chimique (et je vous encourage à faire de même), mais sachez que même les maraîchers professionnels n’ont aucun produit qui marche à leur disposition.

J’ai commencé par faire du ramassage manuel (ce qui est souvent préconisé), mais après deux semaines d’absence pour les vacances, la population de punaises s’était développée à un niveau ingérable.

Heureusement elles ne semblent pas s’intéresser à toutes les variétés, ce qui pourrait être une piste de recherche. À voir si cela se confirme sur plusieurs années de suite.

J’ai également appris que les punaises seraient attirées par la couleur jaune : mon pied de tomates Honey Delight était complètement envahi. Mais malheureusement la plupart des variétés passent par un stade jaune avant de mûrir au rouge.

Autre idée qui m’est venue : mettre en place assez tôt des filets anti-insectes autour de chaque pied de tomates. Le même genre de filets que l’on utilise contre la mouche de la carotte ou la piéride du chou. Pour fixer ces filets, cela implique d’avoir des supports plus larges que de simples tuteurs en forme de piquets. La culture en cages que je pratique depuis plusieurs années serait une bonne solution.

Au niveau des variétés de tomates

Pour finir, gardons le meilleur pour la fin : je vais vous parler des variétés que j’ai essayées pour la première fois cette année. Pour les autres variétés, vous pourrez vous référer à mes palmarès des années précédentes (des liens se trouvent sous l’article).

Ce sera l’occasion de découvrir de nouvelles tomates qui vous feront peut-être envie. Mais attention, ce sont des variétés peu courantes et vous aurez peut-être quelques difficultés à trouver les graines.

Tricolor

Tomate variété Tricolor
Tomate variété Tricolor

C’est une tomate qui porte bien son nom : striée de rouge, d’orange et de jaune, ses gros fruits ressemblent beaucoup à la variété ‘Ananas’, comme son goût très doux, presque sucré. Il semblerait qu’elle soit plus productive qu’Ananas’ (son gros défaut), mais c’est à confirmer l’année prochaine.

Kozula

Tomate variété 'Kozula'
Tomate variété ‘Kozula’
Deux tomates d'apparence extérieure très semblable (jaune strié de vert) mais dont l'intérieur est bien différent. À gauche : Malakhitovaya, à droite : Kozula
Deux tomates d’apparence extérieure très semblable (jaune strié de vert) mais dont l’intérieur est bien différent. À gauche : Malakhitovaya, à droite : Kozula

Quelle est la meilleure manière de déguster des tomates de variétés anciennes ?

Je commence par éplucher la peau qui vient en général très facilement quand les tomates sont mûres. Puis je les coupe en tranches, mais dans le sens horizontal. Cela permet de mettre en valeur la symétrie de la pulpe et d’avoir un joli visuel dans l’assiette.

Pour la dégustation, je n’ajoute aucune vinaigrette, ni même du sel. C’est en prenant une bouchée de pure tomate que l’on peut le mieux apprécier son parfum. En fait ça se mange comme une pêche. Vous viendrait-il à l’idée d’assaisonner une pêche ?

 

Venons-en à ‘Kozula’ : pour le coup celle-ci a été très productive, avec des fruits de grosseur moyenne (200 à 300g quand même). Un goût bien présent avec une pointe d’acidité qui n’est pas gênante.

Piment Champ Martin

Tomate variété 'Piment Champ Martin'
Tomate variété ‘Piment Champ Martin’

Je suis très content d’avoir essayé cette variété car elle a les mêmes caractéristiques que la Cornue des Andes, le “cul noir” en moins. En tous cas dans mon potager.

Mr Underwood’s Pink German Giant

Un nom à rallonge pour celle-ci : Mr Underwood's Pink German Giant
Un nom à rallonge pour celle-ci : Mr Underwood’s Pink German Giant

C’est une tomate de gros calibre, sa couleur est rose foncé presque rouge, et a chair est très parfumée. Le petit défaut que je lui trouve : sa forme renflée rend moins facile l’épluchage de la peau.

Cœur de bœuf Blanche

Variété 'Cœur de bœuf Blanche'
Variété ‘Cœur de bœuf Blanche’

Une très bonne surprise car beaucoup de variétés blanches (en fait c’est du jaune très pâle) sont au mieux insipides et au pire farineuses. Celle-ci pas du tout au contraire si on la laisse bien mûrir. Une belle forme de cœur qui occupe toute la paume de ma main.

Potager du Sud-Ouest

Variété 'Potager du Sud-Ouest'
Variété ‘Potager du Sud-Ouest’

C’est toujours bon signe quand on arrive à tomber sur une variété de légume (tomate ou autre) qui porte le nom de sa région. Cela veut dire que la plante est particulièrement adaptée au climat local, tant au niveau de sa productivité que de sa résistance aux maladies.

Et cette tomate ‘Potager du Sud-Ouest’ n’a pas démérité : une bonne grosse tomate rouge bien régulière, très parfumée et sans acidité. Que demander de plus ?

Merci à Serge et Gaël

Un grand merci à ces deux jardiniers sans qui je n’aurais jamais découvert ces excellentes variétés :

Gaël qui m’a envoyé des graines de plusieurs variétés peu courantes (et que je n’ai pas pu toutes tester faute de place).

Et Serge avec qui je suis presque voisin puisqu’il habite le village d’à-côté. Il collectionne près de 500 variétés de tomates anciennes dont il garde soigneusement les graines pour les mettre à disposition des amateurs.

Son site s’appelle La passion des Tomates et des Brugmansias.

La passion des Tomates et des Brugmansias
La passion des Tomates et des Brugmansias

Tous les dimanches matin, recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n’est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine :

  • un article pratique où je vous apprends une nouvelle technique de culture que vous pourrez appliquer chez vous,
  • ou une vidéo qui vous montre ce qui pousse maintenant dans mon potager (y compris les ratages et les leçons à en tirer).
lm Général

Vous aimerez peut-être lire ces articles :

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

Réponses

Les commentaires :
(les plus récents sont en premier)

  1. Christian (Nord Gironde)

    Bonjour Nicolas
    Je découvre cet article et des variétés que je ne connaissais pas toutes. J’habite au Nord de Bordeaux, près de l’Estuaire, je cultive entre 50 et 60 variétés différentes. Je suis arrivé à faire une sélection
    intéressante en une vingtaine d’années, mais j’en essaie toujours de nouvelles. Je suis adhérent de l’association Jardinsdetomates (Landiras en Gironde) qui en cultive plus de 1000. Je vais essayer avec quelques’unes des tiennes pour l’an prochain.
    Cordialement.

  2. patrick (Comtat Venaissin)

    Bonjour Nicolas c’est très intéressant , je n’ai pas un grand jardin mais j’aime aussi testé de nouvelle variété. Ou peut on trouvé des graines de cette champ martin j’aimerais bien essayé par ce que les cornues me rendent dingues .
    cordialement

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Patrick,
      C’est un collectionneur qui m’avait passé quelques graines mais je n’en ai plus. J’avais essayé de trouver sur le net… mais rien.
      Pour éviter le “cul noir” sur ce genre de variétés, j’ai remarqué que mettre beaucoup de compost dans le trou de plantation (la moitié en volume) aidait beaucoup.

      Avatar de nicolas
  3. Alain

    Bonjour Nicolas,
    J’ai planté une quinzaine de pieds de tomates, espacés de 75cm environ, et entre, j’ai intercalé des plants de salade, quelques fraisiers.
    J’ai installé un tuyau micro poreux, sachant que ces légumes n’ont pas forcément les mêmes besoins, ma question pose sur fréquence et durée souhaitable des arrosages.
    Merci beaucoup

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Alain,
      C’est difficile de donner une réponse générale car il y a tellement de paramètres !
      Comme la région dans laquelle se trouve le potager, si le sol est paillé et la manière dont vous conduisez le potager (au naturel en gardant un sol vivant, ou bien avec labour et engrais) ?
      Cela va dépendre aussi de la pression d’eau à votre robinet.
      Bref, vous ne pourrez pas échapper à une phase d’essais et de mise au point.
      Pour commencer, peut-être pourriez-vous démarrer avec 30 minutes tous les 3 jours.

      Avatar de nicolas
      1. alain

        Merci Nicolas pour cette réponse, pour préciser, je suis en région Toulousaine(sol argileux), je couvre le sol, le potager est conduit naturellement(compost, pas de labour).

        1. nicolas (Toulouse)

          Chez moi dans les mêmes conditions, j’irrigue 30 minutes tous les 3 jours quand il fait très chaud comme cette semaine ou en cas de canicule. Quand il fait moins chaud, une fois par semaine suffit.
          Mes lignes de goutte-à goutte sont espacées de 40 cm et il y a 3 goutteurs par mètres qui ont un débit de 2 l/h.
          Cela joue aussi et il ne faut donc pas prendre à la lettre ce que je vous écrit, c’est juste une base de départ.

          Avatar de nicolas
          1. Alain

            Merci beaucoup Nicolas!

  4. Marie claire

    Bonjour merci pour tous les conseils surtout en ce qui concerne la façon de rendre la terre meuble. En fait merci pour tous ces partages

  5. evelyne

    bonjour

    les semis de tomates sont magnifiques mais sont vert pâle. Ils sont pas encore plantés, il pleut et il fait froid. les temperatures ne depassent les 12° en Alsace
    que faut-il faire ?

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Evelyne,
      À votre place je les planterais, ils seront mieux dans la terre que dans leur godet, où ils commencent à manquer de nourriture (d’où la couleur pâlissante).

      Avatar de nicolas
  6. evelyne

    bonjour

    j’ai semé des engrais vert oû je vais planté les tomates
    il faut les broye et le enfuir dans la terre ou les laisser en surface ?
    lls ne sont pas tres haut

    cordialement

    1. nicolas (Toulouse)

      Bonjour Evelyne,
      Il vaut mieux les faucher et les laisser en surface. Ils pourront servir de paillis nutritif pour les tomates.

      Avatar de nicolas
      1. evelyne

        merci pour vous conseille

  7. Geneviève

    Mes plants de tomates pourtant dans un toit abrité ont gelées, pensez vous que je peux les sauver et comment. Merci

  8. NADINE

    Bonjour
    Je suis ravie de pouvoir trouver des renseignements sur le jardin et cet article sur les tomates me donne beaucoup de renseignements pratiques!
    merci
    j’habite en Ariège
    Nadine

  9. Yves

    Bonjour,
    Sur tomates, comme traitement BIO, on peut utiliser le BBS (bicarbonate de soude = sel de régime), pour le mildiou, il faut le faire au tout début, el limite aussi les punaises … avec un peu de savon noir qui le fait bien coller aux feuilles
    mes préférées: 100 pudov, moya verte, santiam, siletz, cuor di bué, mashenka … surtout hatives et très bonne production, l’astuce (pour les hatives), faire 2 semis = 1 en primeur et 1 autre en juin/juillet pour avoir une récolte en septembre/octobre …

  10. Nafissa

    bonjour,
    merci pour tous les conseils. J’ai réussi à avoir de jolis plants de tomates grâce à la germination en bouteille. Aujourd’hui, je recolte de superbes tomates. J’en ai une qui a pesé 705grs !! Merci. Nous sommes au mois d’aoùt je vais planter des poireaux. Impossible avant j’avais le bras immobilisé. J’applique la methode Nicolas….

  11. eric

    ajoutez un peut d’électroculture tripler vaux récolte comme sa un peut pour le ragondin et un peut pour vous comme sa tout le monde sera satisfait valable pour toute les espèce de l’environnement ou vous faite votre jardin j’ai appris comme sa et sa fonctionne d’enfer nourrie tout les nuisible et le reste pour vous

  12. Françoise

    Bonjour Nicolas,

    J’ai découvert ton site hier par hasard.
    Je viens de lire déjà quelques articles fort intéressants et formateurs.
    J’ai déjà un petit potager mais je cherche plein d’idées pour essayer d’avoir de belles récoltes plus facilement et aussi je cherche plein d’idées pour rester nature sans aucun produit chimique.
    Je suis très intéressée par tes Livres et formations, je vais regarder ça de près.

    J’ai une petite question, je voudrais pour la première fois mettre des aubergines dans mon potager.
    Les avis sont très variés sur le fait de les mettre à côté des tomates ou pas ? Et des poivrons ?
    Peux-tu me donner ton avis si tu en as fait l’expérience ? Je n’ai pas encore tout lu.
    Merci à toi,
    Belle journée,
    Françoise

  13. Marc

    Ma sélection de Tomates 2020
    1 Tomate Albenga rouge ou Liguria
    2 Tomate Ananas ou Pineapple
    3 Tomate Andine des Fontenelles
    4 Tomate Captain Lucky
    5 Tomate Cœur de Bœuf (Cuor Di Bue)
    6 Tomate Evergreen
    7 Tomate Jaune Saint Vincent
    8 Tomate Noire de Crimée
    9 Tomate Reine des Hâtives
    10 Tomate Rose de Berne
    11 Tomate Saint-Jean d’Angély
    12 Tomate Cerise Black Cherry
    13 Tomate Cerise Gold Nugget
    14 Tomate Cerise Red Cherry (Ciliegia)
    Mes semis sont réussis!
    A part 5 Reines des hâtives, 7 Ananas et 3 Captain Lucky. Que je vais mettre en pleine terre début mai, sous cloches la nuit, je planterai mes tomates après les Saints de glace , 11, 12, 13 mai! sous un tunnel de 6 mètres de long 2 mètres de large et 2 mètres de haut, ouvert à chaque extrémité, la bâche en plastique arrête à 80 cm du sol sur les cotés. A chaque pied de tomate, je plante d’un coté un œillet d’inde et de l’autre un pied de basilic.
    Comme toute reine, la tomate demande une attention particulière. Avec un arrosage régulier et une inspection minutieuse, vous aurez de belles tomates bien juteuses pour l’été.

  14. François

    En cours sur 2020 :
    -Miel du mexique
    -Sungold F1
    -Black Cherry
    -Lucky tiger
    -Green Zebra
    -Rose de berne
    -Nuits Australes
    -Chocolate Stripes
    -Noire de crimée
    -Valencia
    -Coeur de boeuf orange
    -Anna russian (variété de cdb rose/rouge)

    Je n’avais pas plus d’espace donc pour 2021 :
    -Cherokee chocolate 200g (alternative plus productive à noir de crimée)
    -Hillbilly Pl 300g (alternative à ananas/russe rouge)

  15. François

    Merci beaucoup pour ce super blog !
    Grace a toi, je me suis mis a faire mes semis depuis 2019 (ile de france) et ca a fait des émules chez des amis qui s’y sont mis aussi.
    En 2019, j’avais fait : sungold f1 (top), black cherry (top), nuit australe ( my god !), chocolate stripe (restée verte : tardive planté trop tard), tigerella ( jolie mais gout décevant), hellsing junction (cerise bleu mais pas a mon gout), yamali blue (cerise bleu difforme décevante), petit moineau (bonne mais peau trop épaisse pour la taille rikiki)

  16. vinzz

    Bonjour,
    Je vous confirme l’invasion de punaise cette été (2019) en Alsace ! Toutes les couleurs de tomates ont été attaqués (un carnage…), par contre j’ai testé la variété “Fuzzy Peach” qui n’a pas du tout été touchée par les punaises. Cette variété à un léger duvet sur les fruits, ce qui à l’air de les repousser !

  17. Thierry

    Bonjour Nicolas, article tres interressant , je suis un bordelais installé au Québec et je plante bon an mal an une 60taine de variétés de tomates pour mon plaisir personnel . La tricolor me plait beaucoup, ferions nous un échange ? Je dispose de quelques variétés québécoises intéressantes… (et beaucoup d’autres aussi)

  18. Ngendahayo

    Bonjour
    Moi je suis Agronome, je viens de finir le premier cycle universitaire et je suis dans un pays où je n’ai pas encore maîtriser le climat, je suis en Afrique précisément au Rwanda, et j’ai besoin de cultiver la culture de tomate puisque je l’aime beaucoup. Que doit je faire pour réussir cette culture ?

  19. Etienne

    Bonjour Nicolas, bonjour à tous,
    Merci Nicolas pour cet intéressant article sur les tomates.
    Les tomates aiment bien le soleil et la chaleur, mais, quand c’ est trop, c’ est trop…..Suite aux dégâts causés par les canicules de cet été, j’ ai regretté de n’ avoir pas pensé plus tôt à l’ installation d’ ombrage pour la plantation de tomates. Une année, j’ avais également été forcé d’ installer ” en urgence ” des filets pour me protéger des merles, tout comme pour les cerises !!!
    Chez moi, dans le Nord, à une vingtaine de kms de Lille, nous avons également beaucoup souffert des chaleurs, avec une pointe à 49° au soleil, au plus fort de la seconde canicule. Pas de mildiou, ni aux tomates, ni aux pommes de terres ( qui ont souffert de la sécheresse ). Je pense que de plus en plus nous serons confronté à ce type de climat, et il va falloir donc généraliser le paillage.
    J’ effectue moi même mes semis de tomates ( Monfavet et Coeurs de boeuf ), dans des platines, puis re-transplanter dans des godets , je n’ ai pas remarqué un stress particulier, il faut bien attendre que le plan soit bien formé. Mais, il est vrai que cela demande plus de travail. Je pense que l’ année prochaine, je vais semer dans des godets, pas trop petit, de façon à avoir une motte assez robuste. Généralement je fais les semis en février/mars, pour tenter d’ installer les plants la première quinzaine d’ avril, mais en les protégeant avec une bouteille de plastique de 5 l ( j’ ai entièrement découpé le fond, et j’ enfile la bouteille sur le tuteur ) : chaque plan pousse ainsi dans ” sa ” mini-serre. Mon meilleur résultat: plantation tout début avril, première récolte, tout début juillet. Quantité: environ une cinquantaine de pieds.Cette année, à la plantation, j’ ai mélangé avec la terre, une poignée de fumier de cheval, ce qui ( je le pense ) m’ as permit d’ obtenir des pieds d’ environ 3 cms de diamêtre!
    Bonne récolte donc, avec quelques tomates abîmées par la chaleur.
    Pour l’ arrosage: assez copieux à la plantation, puis ( en fonction de la météo ), deux arrosages copieux par semaine ( pour forcer les racines à aller puiser dans le sol. Diminuer au fur et à mesure que l’ on approche la période des récoltes ( pour que les tomates aient davantage de goût ). Couper tous les feuilles et petits rameaux qui sont au contact du sol, pour éviter le mildiou, et donc également ” aérer ” l’ ensemble du pied, supprimer proprement les gourmands avec des ciseaux et permettre aussi une meilleure exposition au soleil pour chaque grappes de tomates…..et ne pas oublier, régulièrement de replacer et/ou rajouter des liens ( attention aux liens trop fins, qui risquent de blesser le pied, et pour l’ année prochaine, ne pas oublier de pailler!

    1. Nicolas (Toulouse)

      Merci pour ce retour d’expérience très détaillé ! Juste une petite précision : ce n’est pas le soleil qui fait mûrir les tomates mais la chaleur. Il vaut mieux laisser le maximum de feuillage (même s’il cache les fruits) car c’est le feuillage qui produit de l’énergie pour la plante, en captant les rayons du soleil.

      Avatar de Nicolas
  20. Stéphane

    Bonjour Nicolas,
    est ce que tu connais le numéro de la Kozula que tu as cultivé en 2018 ?
    Merci, très bonne journée.
    Stéphane.

    1. Nicolas (Toulouse)

      Oui c’était la n° 179.
      Que peux-tu nous dire sur cette variété ?

      Avatar de Nicolas
      1. Stéphane

        Bonsoir Nicolas,
        rien de particulier, pour les néophytes comme moi, Anna Jankowski a hybridé, et hybride encore tellement de tomates que sans l’appellation complète, impossible de s’y retrouver !!!
        Merci pour ta précision, Kozula # 179, Zebra Zolta, ( merci à François Gaborit, alias Tomatofifou pour son énorme travail de référencement et de maintien variétal, pour ceux qui ne connaissent pas allez voir son site, et soutenez le !!!) c’est la belle tomate que tu as cultivé en 2018, et que j’essayerai, peut-être, en 2020.
        Merci encore pour ton travail et ton partage qui nous aide jour après jour dans notre petit potager.
        Bien à toi.
        Stéphane.

  21. Abdoulaye ba

    Salt,moi j’ai semé de la tomate mongol,du salade,et du poivron directement sur la terre, mais rien n’a poussé, quelle solution pourriez-vous me donner pour réussir mon potager.
    Merci d’avance pour le cour

    1. Hocine

      Bonjour Abdoulaye Ba
      Comment veux-tu que la tomate mongole pousse en France?
      As-tu pensé au climat?

  22. Annette

    J’ai mis en bouteille, 12 plants de tomate acheté chez un pépiniériste local. Bouteille d’un litre et demi et j’ai mis 2 plants dans 2 bouteilles de 5 litres (coupées) il me semble que celles dans les bouteilles de 5 l se fortifient mieux… plus de place pour les racines. Cela fait 15 jours. Je compte les transplanter dans mes carrés à partir du 20 mai, ici en Touraine il fait encore frais. Je suis les conseils du livre. Peut-on considérer que les sacs de fumier de cheval sont du compost ? peut on l’utiliser pur pour la transplantation.
    Merci Nicolas pour ta réponse.

    1. Nicolas (Toulouse)

      Oui mais attention, le fumier en sacs est plus concentré que le compost. Il faut donc diminuer les doses. Je dirais qu’il faut en mettre la moitié de ce que l’on mettrait comme compost.

      Avatar de Nicolas
  23. janie

    je suis débutante dans le potager j’ai fait des semis de tomate dans les godet et placé a la lumiere dans ma cuisine au début j ai bien eut la tige et 2 feuilles mais au fil du temps elle s’affaisse et meurt j’ai vaporisée un peu d’eau et mis de l’eau dans le bac qui a été absorbée aussitôt par les godets j’ai surement fait un truc qui les fait ne pas pousser pouvez vous m en dire plus merci

    1. Nicolas (Toulouse)

      Je pense que cela vient de la vaporisation d’eau sur les jeunes plantes. Trop d’humidité sur le feuillage et la tiges ont dû provoquer un développement de champignons microscopiques (on appelle cela la “fonte des semis” en langage horticole.
      Il vaut mieux arroser par le bas comme vous l’avez également fait (et pas trop non plus).

      Avatar de Nicolas

Recevez mes conseils de saison dans votre boîte mail

Parce que ce n’est pas facile de réussir son potager naturel à tous les coups, je prépare pour vous chaque semaine un article ou une vidéo que vous recevrez le dimanche matin.

lm Général


Bonjour, je m’appelle Nicolas

Ma photo timbre carrée

Si vous voulez en savoir plus sur mon potager, cliquez ici pour lire mon histoire…